Roland-Garros: Mais d’où Nadal sort-il sa blessure au poignet?

TENNIS Le tournoi s’arrête pour Nadal, qui vient d’annoncer son forfait ce vendredi à cause d'une blessure au poignet gauche…

Annabelle Laurent

— 

Rafael Nadal a annoncé son forfait le 27 mai 2016 à Roland-Garros
Rafael Nadal a annoncé son forfait le 27 mai 2016 à Roland-Garros — Michel Euler/AP/SIPA

Pour ses deux premiers matchs, Nadal s’était baladé. Face à l’Australien Sam Groth puis l’Argentin Facundo Bagnis, sans que personne ne se doute qu’il était «arrivé au tournoi avec une douleur au poignet gauche», comme il l’a expliqué ce vendredi lors d’une conférence de presse surprise. L'«une des pires de sa carrière» puisqu’il y a annoncé son retrait du tournoi, attelle bleue à l’avant-bras. Que sait-on de cette blessure, pour laquelle il a reçu «des injections» jeudi avant de jouer, et pour laquelle la douleur a «empiré ce matin»?

Roland-Garros est «triste» de perdre son champion

«Il y avait le risque que son tendon rompe», a expliqué Guy Forget, le directeur du tournoi de Roland-Garros. «Il voulait attendre, c’est son entourage et son docteur qui lui ont déconseillé de le faire. Il a pris la sage décision».

«S'il avait continué, on ne l'aurait pas revu pendant des mois»

«S’il risquait que son tendon rompe, c’est qu’il a une tendinopathie, qui se rééduque assez rapidement, nous explique Robin Deslandes, kinésithérapeute. Or s’il avait joué jusqu'à la rupture du tendon, on ne l’aurait pas revu pendant des mois. Il lui aurait fallu une opération pour le restructurer, il n’aurait pas pu utiliser son poignet pendant six semaines, aurait perdu beaucoup de forces et il lui aurait fallu ensuite trois-quatre mois avant la reprise de son activité.»

Comment se fait-on une tendinopathie? «Ça survient si vous forcez ou si vous avez un matériel qui n’est pas adapté à votre morphologie. Normalement, pour ces joueurs, le matériel est adapté… Donc est-ce qu’il n’a pas trop forcé? En jouant sous infiltration jeudi - ce qui signifie qu’il diminue l’inflammation, il masquait la douleur, donc c’était risqué. Maintenant, son plus gros traitement, c’est le repos.»

«Ce qui est sûr, poursuit un chirurgien d’une célèbre clinique parisienne, c’est que quel que soit le traumatisme, même une petite entorse qui vous, ne vous gênerait pas beaucoup, peut avoir chez eux des conséquences gravissimes et un impact immédiat sur leur jeu. L’inflammation s’aggrave avec l’effort, et il aurait été de plus en plus gêné jusqu’à ne plus pouvoir se servir de son poignet à cause de la douleur. Quitte à ne plus être capable ne serait-ce que de tenir, au delà d'une raquette, sa fourchette.»