PSG-Bayern Munich : Paris passe à côté de sa première finale de Ligue des champions, les Bavarois sur le toit de l’Europe

FOOTBALL Le PSG s'est incliné en finale de Ligue des champions contre le Bayern Munich

William Pereira
— 
Ligue des champions: Le débrief de PSG - Bayern — 20 Minutes

Deutsche qualität. Impuissant face à l’expérience et au savoir-faire du Bayern Munich, le  Paris Saint-Germain s’est incliné 1-0 à Lisbonne pour sa première finale de Ligue des champions. Longtemps crispés et soumis au jeu des hommes d’Hansi Flick, les Parisiens ont attendu d’être menés pour se réveiller. Décevants, Neymar et Mbappé​ n’ont pas assez pesé sur ce qui devait être un match historique pour le PSG. Il faudra donc attendre au moins un an de plus pour voir un deuxième club français soulever la C1.

Le PSG a longtemps renié ses principes

Grand classique du Paris Saint-Germain quand l’équipe affronte un cador en Ligue des champions, la ligne défensive hyper bas a fait son grand retour contre des Bavarois, lesquels ont eu tout le loisir de mettre le pied sur le ballon. Tuchel avait pourtant promis en conférence de presse qu’au-delà de réglages tactiques de circonstances, son équipe essayerait d’imposer son jeu. Mais excepté quelques phases de pression haute, qui ont étrangement débouché sur les situations les plus intéressantes (frappes de Neymar et Mbappé en première période), les Parisiens ont avant tout cherché à cadrer le bloc offensif adverse. Avec une certaine réussite, il faut bien l’admettre. Le problème ? Tout ceci a rendu la remontée de balle beaucoup plus compliquée que contre Leipzig.

Pas assez réalistes

Neymar est passé à la casserole contre Bergame et Leipzig donc il n’y a aucune raison que Kylian Mbappé s’en sorte. L’attaquant du Paris Saint-Germain a vendangé une énorme occasion en fin de première mi-temps sur une offrande de la défense du Bayern. Le champion du monde Français s’est complètement trompé et sa frappe a accouché d’une souris, même pas de quoi chatouiller Neuer. On en voudra un peu moins au Ney pour son tir croisé du gauche en début de match, sorti in extremis par le golgoth allemand. C’est sûr qu’avec un vrai gardien en face, c’est un peu plus dur.

Coman, forcément…

Le nouveau champion d’Europe ne jouera pas les fines bouches, mais il peut quand même se plaindre d’avoir été privé d’une occasion non négligeable de foutre une cacahuète dans les buts du PSG en fin de première mi-temps. Daniele Orsato a cependant décidé de faire preuve de clémence envers Thilo Kehrer en fermant les yeux sur sa faute évidente dans la surface sur Kingsley Coman. Grand seigneur, l’Allemand s’est racheté en laissant le Français passer sur tous ses débordements en seconde période puis en l’abandonnant complètement au second poteau sur l’ouverture du score. L’ancien de la maison qui tue le PSG, on aurait presque pu le deviner.

Le PSG s’est réveillé trop tard

Une bonne grosse baffe dont le mérite aura été de réveiller l’équipe de Tuchel. Condamnés à prendre des risques, et donc jouer plus haut, les Parisiens ont essayé de secouer la défense bavaroise sans y arriver franchement, si ce n’est sur la remise en retrait de Di Maria sur Marquinhos à la 70e. Mais il n’y avait rien à faire. Comme souvent contre les équipes françaises, Neuer était trop fort. Le destin aussi. Bernat est contraint de sortir sur blessure. Et Choupo-Moting, héros contre l’Atalanta, entré dans le dernier quart d’heure, était cette fois-ci trop court sur le centre-tir de Neymar à la 91e. Ça s’est joué à pas grand-chose. L’expérience, sans doute.