PSG: Un match à huis clos partiel pour le Parc des Princes

FOOTBALL Après l'usage de fumigènes lors de PSG-Nice, fin octobre...

N.C. avec AFP

— 

Le CUP a enflammé le Parc des Princes lors de PSG-Nice, le 27 octobre 2017.
Le CUP a enflammé le Parc des Princes lors de PSG-Nice, le 27 octobre 2017. — NICOLAS MESSYASZ/SIPA

Le PSG a été sanctionné d'un match à huis clos partiel par la commission de discipline de la Ligue de football professionnel (LFP) en raison de l'usage de nombreux engins pyrotechniques lors de la réception de Nice fin octobre, a annoncé la LFP jeudi soir.

C'est la tribune Auteuil, celle qui accueille depuis octobre 2016 les supporters ultras du PSG, qui est visée par cette sanction prise «par révocation du sursis», selon le communiqué de la LFP.

>> A lire aussi: Les tribunes, «ça devient du grand n'importe quoi», selon le président de la commission de discipline de la LFP

Le 27 octobre, lors de la 11e journée de Ligue 1, de nombreux engins pyrotechniques avaient été allumés dans cette tribune lors de la réception de Nice. Les supporters ultras du PSG, rassemblés sous la bannière du Collectif ultras Paris (CUP), avaient célébré le 10e anniverasire de la «K-Soce Team», une de ses principales composantes, lors de cette rencontre.

Le prochain match que disputera le PSG à domicile est celui qui l'opposera à Troyes, mercredi prochain à 21h00 dans le cadre de la 15e journée de Ligue 1.

Les virages nord sud du Vélodrome également en sursis

Lors de cette très riche séance de la commission de discipline, l'Olympique de Marseille a pour sa part été sanctionnée de deux matchs à huis clos avec sursis pour les virages sud et nord du Vélodrome, en raison de «l'usage d'engins pyrotechniques, jet d'objets, utilisation de lasers, intrusions de spectateurs» lors du «Clasico» contre le PSG, le 22 octobre.

Enfin, la Commission de discipline a placé en instruction les dossiers concernant le match entre Bordeaux et Marseille dimanche, une rencontre marquée par l'utilisation de nombreux engins pyrotechniques par les supporters bordelais et par l'envahissement du terrain de la part des supporters bordelais et marseillais. Les dirigeants des deux clubs sont convoqués pour la séance du 14 décembre, précise la LFP.