Euro féminin: «On est les meilleures», les Bleues gonflées à bloc et (trop?) sûres d’elles avant la finale contre la Russie

HANDBALL Alexandra Lacrabère n'est pas du genre à tourner autour du pot avant la finale de l'Euro contre la Russie...

A.L.G.

— 

Les Bleues sont qualifiées pour la finale de l'Euro face à la Russie.
Les Bleues sont qualifiées pour la finale de l'Euro face à la Russie. — FRANCK FIFE / AFP

La finale de l’Euro féminin de handball entre la France et la Russie s’annonce explosif. Après avoir battu les Pays-Bas vendredi soir à Bercy, les Bleues n’ont désormais plus qu’un objectif en tête : devenir championnes d’Europe en tapant une équipe russe contre laquelle les filles d’Olivier Krumbholz ont une belle dent. Défaites par les Russes en ouverture de cet Euro 2018, les Françaises n’ont pas du tout aimé la manière dont la Russie a géré la suite de la compétition.

« Dans cette compétition, elles n’ont pas joué le jeu à fond, lâche Alexandra Lacrabère, très remontée. Elles perdent de neuf buts contre la Suède, elles lâchent très clairement le match. C’était pour nous mettre une pression supplémentaire pour que l’on gagne absolument contre la Serbie. Ce n’est pas fair-play. Je pense que ça va se retourner contre elles. » Au niveau de la motivation avant la finale de dimanche, la jauge est très clairement au max. Et pour ce qui est de la confiance, on n’a visiblement pas trop de doutes non plus à avoir.

« On est les meilleures »

« On est tout simplement championnes du monde. On ne l’a pas dit une seule fois au cours de cette compétition mais on est championnes du monde, donc on est les meilleures, donc on va être championnes d’Europe dimanche, a affirmé sans détour la demi-centre des Bleues. La qualification en finale, ce n’est pas le but atteint. Le but atteint, c’est l’or. Les émotions, on va toutes les ressortir dimanche. Là, on est vraiment concentrées, parce que l’on sait qu’il nous reste un travail énorme à faire au niveau de la récupération, des vidéos, regarder l’équipe adverse. On sait que ça passera par là. Et je sais que tout le monde va doubler de travail. On va être comme des mortes de faim dimanche, ça c’est sûr. » Ça promet d’être un sacré combat. Vivement dimanche.