20 Minutes : Actualités et infos en direct
WELCOME TO HELLBronca et lancer de billets… Donnarumma attendu de pieds fermes à San Siro

AC Milan – PSG : Bronca et lancer de billets… Donnarumma « le traître » va vivre l’enfer pour son retour à San Siro

WELCOME TO HELLL’ancien gardien de l’AC Milan a quitté le club en très mauvais termes avec les ultras de la Curva Sud à l’été 2021, au moment de rejoindre le PSG
Les ultras de la Curva sud attendent Gianluigi Donnarumma de pieds fermes.
Les ultras de la Curva sud attendent Gianluigi Donnarumma de pieds fermes.  - /IPA/SIPA / SIPA
Aymeric Le Gall

Aymeric Le Gall

L'essentiel

  • Le Paris Saint-Germain se déplace mardi soir à San Siro pour y affronter l’AC Milan en Ligue des champions.
  • A l’aller, au Parc des Princes, il y a deux semaines, les hommes de Luis Enrique s’étaient facilement imposés (3-0).
  • A cette occasion, l’ancien gardien de l’AC Milan devrait recevoir un accueil compliqué de la part des ultras qui n’ont jamais digéré son départ au PSG.

A San Siro,

« Welcome to hell. » Ce n’est pas l’inscription qui accueille les badauds à l’entrée de San Siro, le mythique stade milanais où se déplace le PSG, mardi soir, en Ligue des champions, mais c’est pourtant ainsi que devrait se l’imaginer Gianluigi Donnarumma, tant l’accueil que lui préparent les ultras de la Curva Sud s’annonce diabolique. En effet, l’ancien bambino de l’AC Milan, arrivé du côté de Milanello à l’âge de 14 ans, a quitté le club et ses supporteurs en bien mauvais terme, lui à qui l’on prédisait un avenir à la Paolo Maldini, idole rossonera ayant fait toute sa carrière au club.

Seulement voilà, l’époque a changé, et avec elle l’aura du septuple vainqueur de la Ligue des champions, qui sort tout juste d’une sale période sans argent, sans grands joueurs ni résultats sportifs. Attiré par les sirènes d’un Paris Saint-Germain plein aux as et qui lui promettait des meilleures chances de remporter la C1, l’enfant du Milan s’en est allé au lendemain de sa victoire à l’Euro 2021 sans même se retourner. Et, surtout, sans laisser le moindre kopeck à son club puisqu’il a rejoint le PSG gratuitement, au terme de son contrat, avec à la clé une croustillante prime à la signature.

Un départ gratuit au PSG qui ne passe pas

C’est précisément ce dernier point qui enrage les supporteurs milanais. Croisé au détour de l’un des mythiques pylônes du stade Giuseppe-Meazza, Andrea, 25 ans, ne décolérera jamais. « Qu’il parte, bon, on s’en doutait un peu. Mais faire autant de beaux discours sur ce club qu’il adorait et se barrer sans même lui faire gagner un peu d’argent, et en se gavant avec sa prime avec son ancien agent [Mino Raiola], ça non, ça ne passe pas. C’est tellement petit. C’est un traître », lâche-t-il avant de s’éclipser pour rejoindre une bouche de métro.

Depuis, le géant italien a gagné un surnom qui ne manque pas d’inventivité : « Dollarumma ». Même si, pour être tout à fait exact, ce blase lui avait été décerné avant cette affaire de trahison, en 2017, au moment où le jeune gardien hésitait encore à prolonger son contrat avec son club formateur. Mais son arrivée chez le richissime PSG qatari a permis de le ressortir du placard à insultes. Les ultras étant fiers de leur trouvaille, ceux-ci ont prévu de tirer sur le filon mardi soir, à l’occasion du grand retour de l’ennemi public numéro 1, en lançant dans sa direction des milliers de faux billets estampillés « Dollar-umma ».

L’accès à ce contenu a été bloqué afin de respecter votre choix de consentement

En cliquant sur« J’accepte », vous acceptez le dépôt de cookies par des services externes et aurez ainsi accès aux contenus de nos partenaires.

Plus d’informations sur la pagePolitique de gestion des cookies

S’ils ont souhaité tenir secret le contenu de leur « cadeau » à Gigio, exhibant simplement sur le post Instagram de la Curva Sud la photo de deux palettes remplies de cartons, accompagnée de la mention « Donnarumma, il y a du courrier pour toi », le Corriere della Serra a vendu la mèche. Ces biftons devraient être accompagnés durant tout le match d’une bronca del diavolo (du diable, en italien) à chaque fois que le gardien parisien touchera le ballon, un peu à l’image de ce qu’une partie du public avait fait en septembre dernier, lors d’un match de la Squadra Azzura face à l’Ukraine, à San Siro.

Maignan plaint son homologue parisien

Interrogé en conférence de presse ce lundi sur l’accueil réservé par San Siro à son prédécesseur, Mike Maignan n’a pas tourné autour du pot : « Cela s’est terminé en mauvais terme ici entre lui et le club. On sait que l’accueil sera difficile, nos supporteurs sont chauds. » Les membres de cette faction de supporteurs milanais ont également inscrit le numéro 71 sur la photo de Donnarumma, qui signifie « uomo di merda » dans La Smorfia, célèbre ouvrage artistique et philosophique sur l’analyse des rêves et ses significations dans la culture napolitaine. Une autre référence au portier parisien, natif de Castellammare di Stabia près de Naples, ville honnie par les nordistes milanais.

Si les journalistes présents à Milanello, le centre d’entraînement des Rouge et Noir, ont cette fois-ci épargné Stefano Pioli de toute question sur Donnarumma, il y a deux semaines, avant le match au Parc, l’Italien avait expliqué que « Donnarumma (avait) tout donné pour Milan » avant de « faire d’autres choix » et que cela ne l’empêcherait pas de « le serrer dans (ses) bras ». Il faudra au moins ça pour faire oublier l’enfer qui risque d’être le sien dans un stade qui est déjà, en soi, de nature à intimider les adversaires. Même si, pour son coéquipier, l’ancien intériste Milan Skriniar, « Gigio » n’est « pas perturbé, il est très concentré pour le bien de l’équipe, c’est un gardien expérimenté. »

Pour clore la journée et le sujet, Luis Enrique a lui aussi droit à sa petite questionnette sur son gardien. Pour l’Espagnol, ce n’est pas loin d’être un non-sujet. « On en a plus rigolé que parlé, a assuré « Lucho ». C’est habituel dans le football, on le voit souvent. En plus il est déjà revenu ici avec l’équipe d’Italie. C’est normal dans le foot, il y a plein de grands joueurs qui ont déjà vécu ça, c’est normal de dépasser ça. Il n’y aura pas de problème particulier. » Allez, un petit conseil tout de même de la part de la team 20 Minutes pour Donnarumma : boules Quies dans les oreilles et œillères sur les yeux, voilà qui devrait largement faire l’affaire.

Sujets liés