PSG-Montpellier : Attention les yeux, Neymar a enfilé son costume de « Super Fermeur de bouches »

FOOTBALL Auteur d’un doublé et d’une passe dé' contre Montpellier samedi, Neymar est clairement l’homme fort de ce début de saison au PSG

Aymeric Le Gall
— 
Neymar ne lâche plus sa nouvelle célébration
Neymar ne lâche plus sa nouvelle célébration — STEPHANE DE SAKUTIN / AFP
  • Le PSG s’est facilement imposé contre Montpellier, samedi, au Parc des Princes, grâce notamment à un Neymar survolté.
  • Depuis le début de la saison, le Brésilien affiche une forme insolente et semble en osmose avec son nouvel entraîneur Christophe Galtier.
  • Vexé par les critiques et les rumeurs de départ le concernant, le Brésilien semble bien décidé à prendre sa revanche et à montrer qu’il est loin d’être terminé.

Au Parc des Princes,

Un peu à la manière de Mbappé et de son célèbre « T’es pas content ? Boum, triplé », Neymar a enfilé son costume de « Superman Fermeur de bouches » en ce début de saison avec le PSG. Après deux matchs plus qu’aboutis face à Nantes, lors du Trophée des champions début août, et lors de la claquasse clermontoise la semaine dernière, le Brésilien a poursuivi son concerto en perf’majeur, samedi, face à Montpellier.

Auteur d’un doublé et d’une passe décisive, le Brésilien affiche actuellement une forme insolente - un peu à l’image de sa fin de saison dernière – et redonne des gui-lis dans le ventre des supporters, six mois après avoir été conspué par le Parc à la suite du naufrage à Bernabeu. Sorti à la 89e minute par Christophe Galtier, qui voulait lui offrir une ovation, le Ney a dû savourer ce moment devant un stade tout entier debout pour saluer l’artiste. Il a certainement dû aussi repenser aux propos de Nasser Al-Khelaïfi, qui le démontait de manière à peine voilée dans les colonnes du Parisien, et qui est peut-être le destinataire n°1 de la nouvelle célébration « sale gosse » de Neymar.

La nouvelle célébration de Neymar pour faire taire les critiques à son égard.
La nouvelle célébration de Neymar pour faire taire les critiques à son égard. - STEPHANE DE SAKUTIN / AFP

Un Neymar plus revanchard que jamais

Agacé, voire vexé, par les rumeurs selon lesquelles le PSG cherchait à l’expédier en Colissimo Express chez quiconque accepterait d’allonger la monnaie, le numéro 10 parisien avait clairement des envies de revanche en revenant fort comme jamais de ses vacances au Brésil. Jamais aussi bon que quand il pense avoir des comptes à rendre à quelqu’un, Neymar avait prévenu ses détracteurs dès le mois de juillet : « Cette saison, tous les tirs vont rentrer, les coups francs, les têtes… », avait-il prédit chez des confrères brésiliens. « Je me sens bien, je suis confiant, je me suis beaucoup entraîné pendant les vacances ».

On avait commencé à la prendre au sérieux après son sublime coup franc expédié contre Clermont dans la lucarne du pauvre Mory Diaw. Après son nouveau récital face à Montpellier, on le croit désormais sur parole. S’il ne retrouvera sûrement jamais la ligne et la grâce qu’il avait lors de sa première saison parisienne, Neymar n’en reste pas moins l’un des plus beaux footballeurs au monde quand ses chevilles lui foutent la paix et qu’il décide d’y mettre du sien.

Jusqu’ici, en tout cas, Christophe Galtier n’a eu que du positif à dire au sujet de son attaquant. Samedi, après la victoire contre Montpellier, Galette savoure : « Depuis le 4 juillet, il est irréprochable, il se comporte bien, il est arrivé prêt, je suis convaincu qu’il s’est bien préparé en amont de la saison. Il est très performant dans tous les matchs, il semble être heureux dans le jeu, il joue pour ses partenaires, il est opportuniste pour marquer des buts, il travaille bien pour l’équipe. C’est un joueur talentueux, de classe mondiale, sûrement dans les 10 meilleurs joueurs au monde. Quand il est bien physiquement et bien dans sa tête, il est très performant. »

Les statistiques de Neymar face à Montpellier.
Les statistiques de Neymar face à Montpellier. - 20 minutes/Sofascore

Neymar, libre dans sa tête

La tête et les pieds, on en revient toujours à ça. Pour Neymar - plus peut-être que pour les autres - les deux ne vont jamais l’un sans l’autre, en effet. Or, de ce qu’il montre depuis son retour de vacances, le Ney n’est qu’amour, joie et volupté. Tout au long de la tournée japonaise, le bonhomme est apparu souriant, ouvert, bien dans ses pompes. Cette séquence où on le voyait remettre lui-même les médailles à ses coéquipiers après la victoire dans le Trophée des champions est le signe que le joueur est heureux en ce moment sous les ordres de Galtier.

C’est ce que nous a confirmé Marco Verratti en zone mixte, samedi soir : « Il est très heureux. Et quand Ney est content, il transmet aussi cela à tous ses coéquipiers, au public, à tout le monde. C’est un joueur très, très importants pour nous. Si on veut être l’une des équipes les plus fortes du monde, on a besoin que Ney soit à son maximum et il l’est en ce moment. Il a réalisé une super préparation, aussi bien aux entraînements qu’en match, il fait un début de saison magnifique et j’espère qu’il va continuer comme ça. »


Et s’il fallait un dernier exemple pour prouver que le courant passe avec son nouvel entraîneur, il n’y a qu’à voir l’ardeur qu’il met à faire les efforts défensifs à la perte du ballon, ce qui n’a pas toujours été le cas, loin s’en faut, sous les prédécesseurs de l’ancien coach Niçois. Même Antoine Kombouaré n’en revenait pas à Tel-Aviv. « Alors, tu défends maintenant ? ! », lui avait-il balancé en se marrant.

Un comportement que Galtier apprécie aussi à sa juste valeur : « Il travaille pour l’équipe et il le faut, car il faut de l’équilibre dans le système qu’on a mis en place. Je lui ai dit qu’il y avait une exigence à avoir sur le plan défensif, une exigence à être à la récupération à la perte de balle. Et jusqu’à présent il répond à l’appel, je n’ai rien à lui reprocher, qu’il continue comme ça. » Jusqu’au Mondial de novembre qui est dans son viseur, et si aucun pépin physique ne vient le faucher dans son élan, il ne devrait pas y avoir de problème. Pour la suite, rendez-vous au 1er janvier.