OL : Les supporteurs lyonnais sont-ils emballés par le retour de Lacazette, en attendant peut-être Tolisso et Umtiti ?

FOOTBALL L'officialisaion d'un retour à l'OL d'Alexandre Lacazette, cinq ans après son départ pour Arsenal, semble imminente. De quoi faire réagir les supporteurs lyonnais, toujours très attachés aux grandes réussites de leur centre de formation

Jérémy Laugier
— 
Huit ans après cette photo, prise lors d'un succès (1-3) à Nice en Ligue 1, Corentin Tolisso et Alexandre Lacazette vont-ils se retrouver sous le maillot lyonnais?
Huit ans après cette photo, prise lors d'un succès (1-3) à Nice en Ligue 1, Corentin Tolisso et Alexandre Lacazette vont-ils se retrouver sous le maillot lyonnais? — VALERY HACHE / AFP
  • L’Equipe a annoncé jeudi que le retour à Lyon d’Alexandre Lacazette (31 ans), libre de tout contrat après ses cinq saisons passées à Arsenal, allait être officialisé dans les prochains jours par l’Olympique Lyonnais.
  • Un sacré coup pour Jean-Michel Aulas et l’OL, au terme d’une saison totalement manquée, bouclée à la 8e place en Ligue 1, et donc sans qualification européenne.
  • 20 Minutes fait réagir plusieurs supporteurs, enthousiastes à la possible venue par ailleurs de Corentin Tolisso, voire de Samuel Umtiti, dans leur club formateur cet été.

Un triplé pour l’ultime derby à Gerland, le premier but de l’histoire au Parc OL, avant un nouveau coup d’éclat sous le maillot lyonnais pour lancer une nouvelle ère ? Ce qui ne semblait être il y a quelques mois qu’un rêve de supporteurs, à peine plus réalisable qu’un retour de Karim Benzema, est en train de devenir concret : Alexandre Lacazette va selon L’Equipe s’engager dans les prochains jours avec l’Olympique Lyonnais. Arrivé en fin de contrat avec Arsenal, après 71 buts en 206 matchs (de 2017 à 2022) chez les Gunners, l’attaquant de 31 ans incarne illico l’espoir d’un renouveau du côté lyonnais, après l’affreuse saison conclue à la 8e place en Ligue 1.

« Vu notre saison et l’absence de Coupe d'Europe, on ne peut pas espérer trouver un autre joueur que lui de ce niveau, résume Richard, habitué au virage sud. Si jamais l’OL parvient à signer à la fois Alexandre Lacazette et Corentin Tolisso, il gagnerait un temps fou tant ces joueurs-là connaissent tous les rouages du club et ont une légitimité ici. » Si Moussa Dembélé a encore été une machine à buts en 2022 (17 buts en L1 depuis janvier), le profil nettement plus technique que présente Lacazette est perçu avec excitation par de nombreux fans lyonnais.

Ici opposé aux Blues de Chelsea, Alexandre Lacazette a tutoyé le très haut niveau durant cinq saisons en Premier League.
Ici opposé aux Blues de Chelsea, Alexandre Lacazette a tutoyé le très haut niveau durant cinq saisons en Premier League. - Matt Impey/Shutterstock/SIPA

« Toute une génération a rêvé avec Lacazette, Fekir, Tolisso et Umtiti »

« Il sait bien faire jouer les autres, il est généreux sur le terrain, note l’un d’eux, Gary (38 ans). Il va aussi beaucoup apporter au groupe sur le plan mental. Il est le parfait trait d’union qu’on attendait. » A savoir cet ancien espoir du club devenu cadre et même capitaine à Arsenal, et désormais à même de guider l’éclosion des nouvelles révélations de l’académie de l’OL comme Castello Lukeba, Malo Gusto, Rayan Cherki et Bradley Barcola. Les Lyonnais sont-ils désormais chauds pour voir débarquer les deux grands potes d’Alexandre Lacazette durant ses belles années lyonnaises, à savoir Corentin Tolisso (libre après cinq saisons au Bayern Munich) et Samuel Umtiti (en perdition au Barça depuis quatre ans) ?

« J’aimerais que l’OL permettre à "Sam" de se reconstruire et de redevenir le joueur qu’il était, confie Gary. C’était une génération exceptionnelle et leur aventure a jusque-là un goût d’inachevé à Lyon [finale de Coupe de la Ligue perdue en 2014 contre le PSG et 2e place en Ligue 1 en 2015]. Je pense qu’ils auraient mérité un trophée sur la période Fournier-Genesio et c’est le moment de réparer l’anomalie. Ils ont su amorcer un renouveau, plusieurs saisons après la période dorée des années 2000. Toute une génération a rêvé avec Lacazette, Fekir, Tolisso et Umtiti. »

Avant tout une « opération d’image du club » ?

Entre « amour du club » et « excellente mentalité », ce trio pourrait donc porter la lourde tâche de faire oublier aux supporteurs la pire saison du club au 21e siècle, à l’image du fiasco contre West Ham, en quart de finale de Ligue Europa (1-1, 0-3). Et de rapprocher les virages de cette équipe lyonnaise après une année éprouvante. Accro à l’OL, Antoine (28 ans) abonde dans ce sens.

La venue de Lacazette serait aussi une opération d’image du club, qui joue la carte sentimentale des "grands anciens" formés ici et leaders de la dernière très belle équipe de l’OL en 2014-2015. Après une saison désastreuse dans la relation club-supporteurs, avec des joueurs qui donnent l’impression d’avoir vite lâché ou qui n’ont pas existé de la saison, c’est au moins autant une tentative de se racheter qu’une politique sportive. Evidemment, ça me ferait très plaisir que Lacazette et Tolisso reviennent. Mais ça ne doit pas faire oublier de nombreuses questions autour du club : quelle direction sportive ? Quel avenir pour Bosz ? Comment reconstruire une équipe compétitive sans argent et sans Europe ? »

En attendant d’y voir plus clair sur ces questions centrales, au même titre que le changement d’actionnariat à venir, Estelle avoue avoir passé « une journée remplie d’émotions » jeudi. « Aujourd’hui, je ressens moins cette identité OL qu’à l’époque, avec cette bande de copains lyonnais Lacazette-Tolisso-Umtiti qui nous a rendus fiers, explique cette supportrice de 24 ans, qui collabore avec le site du Café du Commerce. La réussite d’un club, quand il n’a pas des moyens financiers à aligner, elle passe par des gars qui ont envie de se battre pour lui, qui savent que c’est plus qu’un blason, que c’est la ferveur d’une ville derrière. »

En septembre 2017, Alexandre Lacazette, Samuel Umtiti et Corentin Tolisso avaient partagé un rassemblement avec l'équipe de France.
En septembre 2017, Alexandre Lacazette, Samuel Umtiti et Corentin Tolisso avaient partagé un rassemblement avec l'équipe de France. - FRANCK FIFE / AFP

Une saison 2013-2014 appréciée, bien que bouclée derrière l’ASSE

Au vu de la relation quasi passionnelle entre les supporteurs lyonnais et leur « formidable académie », on se demande s’ils ne seraient pas tentés parfois de voir l’OL prendre un virage avec 100 % de joueurs alignés formés au club. « En tout cas, je préfère largement voir un joueur moyen de notre centre de formation sur le terrain qu’une recrue moyenne, indique Richard. Devenir l’Athletic Bilbao français, ça ne me dérangerait pas. D’ailleurs, quand avec Rémi Garde, on finit 5e de L1 en 2014 derrière Sainté avec une équipe très lyonnaise, il n’y a pas eu de mouvement de contestation. » Gary met un bémol à cette perspective semblant titiller Jean-Michel Aulas, qui a martelé son attachement à « l’ADN lyonnais » au moment de prolonger Maxence Caqueret le mois dernier.


« Envisager de faire revenir d’autres anciens Lyonnais comme Maxime Gonalons ou Clément Grenier serait une fausse bonne idée, car au-delà de l’ADN du club, il ne faut pas oublier la question du niveau. Ça ne serait pas mon idéal d’avoir une équipe 100 % OL. Beaucoup de joueurs arrivés de l’extérieur nous ont fait rêver, comme Paqueta actuellement, et bien entendu "Juni", Lisandro et Sonny Anderson avant. » Par les temps qui courent, ce Lyon non européen a sans doute plus de chances de rapatrier ses figures lyonnaises les plus marquantes (hormis Benzema) que d’attirer des artistes du calibre de tous ces illustres Sud-Américains.