Ligue 1 : L’OL s’appuie sur « des mines d’or » d’images pour lancer une série sur les vingt ans de son premier titre

FOOTBALL Le club lyonnais vient de mettre en ligne, ce mercredi sur YouTube, le premier des huit épisodes de sa série documentaire « Un peu plus près des étoiles »

Jérémy Laugier
— 
Le 4 mai 2002, l'OL est devenu champion de France pour la première fois de son histoire, en l'emportant à Gerland contre Lens (3-1) lors de l'ultime journée.
Le 4 mai 2002, l'OL est devenu champion de France pour la première fois de son histoire, en l'emportant à Gerland contre Lens (3-1) lors de l'ultime journée. — PHILIPPE MERLE / AFP
  • Il y a vingt ans, l’Olympique Lyonnais devenait champion de France pour la première fois de son histoire.
  • Pour marquer le coup, le club a choisi de réaliser une série documentaire de huit épisodes, qui s’appuie sur les témoignages récents des principaux protagonistes de ce sacre de 2002, de Jean-Michel Aulas à Juninho, en passant par Sonny Anderson et Jacques Santini.
  • Le premier épisode d’Un peu plus près des étoiles est en libre accès sur YouTube depuis ce mercredi.

Soixante-dix heures d’interviews réalisées avec quasiment l’intégralité des protagonistes, plus des dizaines d’heures d’images d’archives en VHS visionnées… L’Olympique Lyonnais a mis le paquet pour replonger au mieux ses supporteurs dans cette mémorable saison 2001-2002, conclue par le premier titre de champion de France de son histoire (désolé pour le spoil). Après avoir mobilisé six salariés de son secteur média pendant plus de six mois, l’OL lance ce mercredi sa série Un peu plus près des étoiles, avec un premier épisode de 27 minutes en libre accès sur YouTube. Les sept successeurs seront diffusés chaque mercredi, au fur et à mesure jusqu’au 22 juin, sur OL Play.

« On s’est rendu compte qu’on avait devant nous des mines d’or d’images et d’interviews, explique Gaël Berger, rédacteur en chef d’OL média. Au départ, on ne pensait pas partir sur une série documentaire, puis on s’est dit que c’était le format le plus ambitieux et adapté aux envies de tous. Il fallait qu’on le fasse pour toutes les générations de supporteurs lyonnais, et même au-delà. »

Entre « Les Yeux dans les Bleus » et « Sunderland 'til I die » ?

L’ancien journaliste de Radio Scoop aimerait voir Un peu plus près des étoiles se placer entre Les Yeux dans les Bleus et Sunderland 'til I die pour les amateurs de football en France. Dès le premier épisode, La gueule de bois, surtout consacré à la finale de la Coupe de la Ligue du 5 mai 2001 contre Monaco (2-1), « le déclic » pour ce groupe porté par Sonny Anderson, les fans se régalent à plusieurs reprises. Les anecdotes de la nuit blanche parisienne post-finale, les velléités de départ de Steed Malbranque balancées à la presse sur le parking du centre d’entraînement ou encore le stage d’avant-saison de Tignes (Savoie) avec Robert Duverne aux manettes, fleurent bon les années 2000.

« Quand on trouvait ne serait-ce qu’une séquence de 15 secondes qui valait le coup, au milieu d’heures de visionnage d’archives de TLM [ex-chaîne lyonnaise] jamais diffusées, on faisait la danse de la joie au bureau, sourit Gaël Berger. Vous verrez, il y a des moments très forts, et j’ai parfois eu la gorge nouée sur certains passages d’interviews. »

Alors leader d'attaque de l'équipe lyonnaise en 2001-2002, Sonny Anderson a été déterminant pour coiffer le RC Lens au bout du sprint final.
Alors leader d'attaque de l'équipe lyonnaise en 2001-2002, Sonny Anderson a été déterminant pour coiffer le RC Lens au bout du sprint final. - AFP

Juninho est passé au-dessus de sa brouille avec l’OL pour témoigner

Que les fans de l’OL se rassurent, Juninho, idole absolue au cours des sept titres de champions de France (de 2002 à 2008), fait partie de l’aventure, malgré sa brouille avec Jean-Michel Aulas et le club depuis son départ précipité en tant que directeur sportif, en décembre dernier.

« "Juni" a fait la part des choses : ces émotions d’un premier sacre à Lyon, il y a vingt ans, sont inscrites en lui, précise son ancien coéquipier Jean-Marc Chanelet, également présent dans la série. C’est important de dissocier ce titre conquis ensemble et son après-carrière, afin de faire plaisir à tous les nostalgiques et de faire découvrir notre histoire aux plus jeunes. » Cet enjeu de transmission n’a pas échappé à l’OL, alors que la série sans voix off est dévoilée au terme de la pire saison du club depuis le début de cette époque dorée (une 8e place en Ligue 1 et l’anniversaire symbolique des 10 ans sans le moindre titre).

Des fiascos contre Châteauroux et Liberec à l’apothéose face à Lens

Un contexte qui n’échappe pas à l’ex-latéral droit Jean-Marc Chanelet : « Nos témoignages et toutes ces images peuvent faire office de petit rappel dans cette période de disette pour l’OL. Cette série est une belle initiative qui montre l’importance pour le club de cette page qu’on a écrite ensemble en 2002. » Comme le précise Gaël Berger, Un peu plus près des étoiles (en référence à la campagne de réabonnement lancée par l’OL durant l’été 2001) rappelle aussi à quel point l’histoire du club lyonnais aurait pu basculer du mauvais côté cette année-là.

Des supporteurs pensent que cette saison se résume aux 10 minutes d’images du dernier match à Gerland contre Lens (3-1). Mais avant cela, il y a eu des échanges tendus entre les joueurs et les supporteurs, car l’OL s’était quand même fait sortir par Châteauroux en Coupe de France et surtout par le Slovan Liberec en Coupe UEFA. Puis on comprend bien comment ce groupe est devenu une machine à gagner. On découvre ses leaders de vestiaire, lorsque certains ne croient plus au titre. Ces gars sont liés pour toujours. »

Le récent succès du Match des héros au Parc OL, pour les 20 ans de ce premier sacre en Ligue 1, tout comme l’engouement frémissant autour de cette série documentaire, ne fait guère de doutes : la bande à Sonny Anderson, Grégory Coupet, Sidney Govou et Juninho est également liée à vie aux supporteurs d’un club qu’ils ont hissé sur le toit du football français.