Attribution du Mondial 2018 : Un Picasso offert à Michel Platini selon des écoutes téléphoniques judiciaires

ENQUETE Selon des écoutes téléphoniques révélées par Mediapart, l’ancien dirigeant de l’UEFA aurait reçu un tableau de Pablo Picasso de la part d’un certain « Ouchmanov »

A.L.G. avec AFP
— 
Michel Platini est au c?ur d'une vaste enquête menée par le Parquet national financier sur les conditions d'attributions des Mondiaux 2018 et 2022.
Michel Platini est au c?ur d'une vaste enquête menée par le Parquet national financier sur les conditions d'attributions des Mondiaux 2018 et 2022. — Fabrice COFFRINI / AFP

Michel Platini, président de l’UEFA lors de l’attribution du Mondial 2018, aurait-il reçu d’un oligarque russe une œuvre de Pablo Picasso en échange de son vote en faveur de la Russie ? Selon des écoutes de 2017 révélées par Mediapart, lundi, dans le cadre de l’information judiciaire ouverte par le Parquet national financier (PNF) sur l’attribution en 2010 des Mondiaux 2018 et 2022, à l’époque de la présidence Platini à l’UEFA, le dirigeant français a reconnu dans une conversation avec sa femme avoir reçu un « tableau » d’un certain « Ouchmanov ».

Pour Mediapart, il pourrait s’agir de l’oligarque Alicher Ousmanov, actuellement visé par des sanctions de l’Union européenne après l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Dans la foulée de ces révélations, l’entourage de Platini a reconnu au Monde et à L’Equipe que le dirigeant avait reçu une « lithographie » de Picasso, et non un tableau, de la part de M. Ousmanov en 2016 pour ses 61 ans. « Et donc après le vote d’attribution du Mondial 2018 », précise l’entourage de Platoche.

Contacté par Mediapart, Alicher Ousmanov a démenti. « Il n’a jamais offert ou proposé de tableaux, y compris de Picasso, à M. Platini, tout comme M. Platini ne lui a rien offert. L’amour de M. Ousmanov pour l’art et le sport n’a rien à voir avec la politique et l’intrigue. Ils communiquaient juste de manière amicale et chaleureuse avec M. Platini, puisque M. Platini était le joueur préféré de M. Ousmanov », a répondu le porte-parole du milliardaire russe à nos confrères.

Platini contre-attaque (comme il peut)

Mardi, l’ancien dirigeant de la Confédération européenne a contre-attaqué sur un autre dossier, en rendant public le dépôt d’une plainte à Paris datée de… Novembre 2021, contre Gianni Infantino pour « trafic d’influence actif » et contre Marco Villiger, ancien directeur juridique de la Fifa, pour « complicité de trafic d’influence actif ». Le parquet de Paris a enregistré cette plainte le 16 novembre, selon le récépissé dont l’AFP a obtenu copie, sans que l’on sache à ce stade les suites données.

L’ex-N.10 des Bleus s'oppose frontalement depuis plusieurs années à Infantino et à son entourage, qu’il soupçonne de l’avoir évincé de la course à la présidence de la Fifa en 2015 en alertant le parquet suisse sur un paiement suspect de 2 millions de francs suisses (1,8 million d’euros), réalisé par la Fifa sur ordre de son président Sepp Blatter à l’attention du Français en 2011, sans justification écrite.

Dans cette affaire, Michel Platini et Sepp Blatter ont été mis en accusation en Suisse en novembre 2021 pour plusieurs délits dont l’escroquerie et s’acheminent vers un procès. Les deux hommes martèlent qu’il s’agit d’un reliquat de salaire pour un travail de conseiller remontant à la période 1999-2002.