Bordeaux-OL : « On a retrouvé des vertus »… Oui, oui, il y a encore une équipe aux Girondins

FOOTBALL En très grande difficulté, les Bordelais ont réussi à arracher un bon match nul face à Lyon (2-2)

Clément Carpentier
— 
Ligue 1 : Le débrief express de Bordeaux-OL (2-2) — 20 Minutes
  • Les Girondins de Bordeaux ont décroché un nul mérité face à l’OL (2-2) lors de la 17e journée de Ligue 1.
  • Dans un contexte compliqué, les Marine et Blanc ont fait preuve de caractère. Les joueurs n’ont pas lâché leur entraîneur, Vladimir Petkovic.
  • Malgré deux nouveaux buts encaissés, la pire défense du championnat a montré du mieux avec un meilleur bloc équipe.

Au Matmut Atlantique,

Gérard Lopez devrait venir plus souvent voir jouer son équipe. Pas parce qu’il lui porte bonheur mais parce qu’elle ressemble au moins à une équipe quand il est là. Comme si la présence du patron avait un effet sur certains. De retour des Etats-Unis pour quelques jours avec l’objectif de remettre de l’ordre dans un club en grande difficulté sur le plan sportif depuis plusieurs semaines (une victoire lors des dix derniers matchs avant cette rencontre), il a vu les Girondins décrocher un bon match nul face à l’OL (2-2) ce dimanche au Matmut Atlantique.

Mais c’est loin d’être le plus important, même si ce point fait beaucoup de bien au moral des troupes. Il permet au passage de gratter une petite place (17e) et de prendre deux points d’avance sur Saint-Etienne et Metz. Non, la vraie nouvelle de la soirée, c’est que les Girondins ont encore une équipe. « De toute façon, il fallait une réaction, avoue le premier buteur bordelais Rémi Oudin. Je pense que tout le monde a mis les ingrédients. Il y avait de l’envie, de la détermination. » « On a retrouvé des vertus et c’était très important », enchaîne Benoit Costil. Et dans cette période « très dure » dixit le gardien international, on prend le moindre signe d’espoir à Bordeaux.

« Nous sommes le FCGB, pas le paillasson de la Ligue 1 ! Réveillez-vous !!! »

Ce nul est aussi un énorme soulagement pour Vladimir Petkovic. Sous pression, l’entraîneur suisse a vu ses joueurs ne pas le lâcher et revenir deux fois au score grâce notamment à un Alberth Elis, passeur puis buteur :

« On a vu une équipe soudée, non seulement le onze mais aussi au bord du terrain. Quand tu boxes, soit tu te réveilles, soit tu es KO ».

Le décompte de l’arbitre attendra donc encore un peu. Et celui des supporteurs aussi, eux qui avaient pour la première fois de la saison affiché leur colère avec deux banderoles avant le match : « Nous sommes le FCGB, pas le paillasson de la Ligue 1 ! Réveillez-vous !!! » et « Nous avons tutoyé l’enfer, pas question que cela recommence. Bougez-vous !!! » Comme pour Gérard Lopez, elles ont sûrement eu un petit effet sur cette équipe au bord du précipice. « Il ne faut pas regarder les critiques même si elles sont logiques, reconnaît Rémi Oudin. Il faut faire abstraction de tout ça car il faut avant tout prendre des points sur le terrain. Il n’y a pas de doute. Oui, on n’est pas au top de notre confiance mais on s’accroche ». Et peut-être pour la première fois de la saison ces mots ont été suivis par des actes sur le terrain.

Miracle, il y a du mieux en défense…

Oui, incroyable mais vrai, il y a du mieux en défense. Bon, ce n’était pas compliqué en même temps pour la toujours plus mauvaise défense du championnat. Mais c’est à signaler. Eh oui, « quand on défend en bloc, c’est forcément mieux » rappelle l’ancien Rémois. « On a été plus hermétique. Il y avait beaucoup plus de joueurs derrière le ballon. On a pris moins de vagues même s’ils avaient la possession. Mais, ça, ce n’est pas un problème à partir du moment où on est bien en place et qu’on est agressifs. On était mieux organisés mais on prend quand même beaucoup trop de buts », détaille un Benoit Costil pour une fois pas exempt de tout reproche, notamment sur l’ouverture du score lyonnaise.

Mais bon, passons. Les Bordelais ont pris un point face à l’OL. C’est déjà pas mal pour eux. « Il faut peut-être passer par des nuls dans notre situation. Je crois que le meilleur exemple à suivre c’est Brest qui réalise une série fantastique (six victoires consécutives) après un début de saison compliqué », tonne le portier des Girondins. Tant qu’il y a de la vie, il y a de l’espoir…