Allemagne : « Une honte », « un scandale »… Le Borussia très remonté après sa défaite face au Bayern

FOOTBALL Dortmund s'est incliné sur un penalty litigieux accordé dans le dernier quart d'heure à son adversaire

N.C. avec AFP
— 
Marco Rose, le coach de Dortmund, en colère quant au scénario de la fin de match face au Bayern Munich, le 4 décembre 2021.
Marco Rose, le coach de Dortmund, en colère quant au scénario de la fin de match face au Bayern Munich, le 4 décembre 2021. — Martin Meissner/AP/SIPA

Dortmund n’y arrive toujours pas. Pour la septième fois consécutive, le Borussia a dû s’incliner face au Bayern Munich lors du « Klassiker » du championnat allemand, samedi. Une défaite 3-2 au goût polémique, notamment concernant le but de la gagne inscrit par Robert Lewandowski dans le dernier quart d’heure.

Avant ça, tout avait commencé de la manière la plus attendue possible. Partis sur un gros rythme devant leurs supporters moins nombreux qu’espérés (15.000 en raison du Covid) mais bruyants quand même, les joueurs du Borussia ont ouvert la marque dès la 5e minute par Reus, avant que Lewandowski ne réplique quatre minutes plus tard avec son 22e but en 15 matchs cette saison.

Peno, pas peno ?

Coman a ensuite donné l’avantage au Bayern juste avant la pause, mais Haaland ne pouvait évidemment pas regarder ça sans rien faire, alors le Norvégien a placé en lucarne, hors de portée de Manuel Neuer, une merveille de balle enroulée du pied droit au deuxième poteau juste après le retour des vestiaires. Son 51e but en 51 matchs de Bundesliga, quitte à parler chiffres.

Et puis la polémique, donc. Les esprits étaient déjà échauffés par un gros choc aérien entre Brandt et Upamecano (l’Allemand a été évacué sur une civière, le Français a pu rester sur la pelouse) quand la VAR a fait basculer la rencontre à l’entame du dernier quart d’heure. L’arbitre Felix Zwayer, qui n’avait rien vu à vitesse réelle, a accordé un penalty au Bayern pour une main de Hummels sur un corner après être allé vérifier sur son écran. Une sanction sévère, le défenseur ayant été poussé par Muller sur l’action.

Lewandowski n’a pas manqué l’occasion, et Marco Rose, le coach du Borussia, a alors laissé exploser sa colère envers l’arbitre, qui avait selon lui oublié de sanctionner une faute de Hernandez sur Reus dans l’autre surface un peu plus tôt. Déjà averti auparavant, il a écopé d’un deuxième avertissement, synonyme d’exclusion.

« Je pense que la faute de Hernandez sur Reus, qui n’est pas sifflée, était un penalty, et que le penalty sifflé contre Hummels, pour une main alors qu’il ne voit pas le ballon et qu’il trébuche, est au minimum contestable. J’aurais aimé que ce match se décide autrement, a-t-il réagi après la rencontre. Cette saison je me suis toujours bien contrôlé, mais dans ce match très important, au vu des décisions d’arbitrage non justifiées, j’ai craqué ».

L’arbitre Felix Zwayer renvoyé à son passé

Ses joueurs ont eux aussi eu des mots très durs. Pour Marco Reus, « c’est une honte » que l’arbitre n’ait pas été appelé par ses assistants pour revoir l’action où il s’est fait balancer par Hernandez. « Il y avait clairement penalty. Je pense que c’est un scandale. Je dois un peu me calmer pour ne pas en dire plus, mais l’arbitre était arrogant », a dénoncé Haaland

L’Anglais Jude Bellingham n’a de son côté pas hésité à renvoyer Felix Zwayer à son passé. « Si vous regardez un grand nombre de décisions durant la partie… Qu’est-ce qu’on peut attendre si vous donnez à un arbitre qui a truqué des matchs dans le passé la rencontre la plus importante d’Allemagne à siffler ? », a-t-il lâché sur la chaîne norvégienne Viaplay.

Bellingham faisait ainsi référence à une affaire datant de 2005, quand Zwayer, alors âgé de 23 ans, avait été lié au plus grand scandale de matchs truqués ayant secoué le football allemand. L’arbitre Robert Hoyzer avait reconnu avoir falsifié le résultat de plusieurs rencontres de Coupe d’Allemagne, contre de l’argent versé par une mafia croate active dans les paris sportifs. Zwayer, qui évoluait comme arbitre de touche avec lui, avait été également sanctionné d’une suspension de six mois par le tribunal sportif de la fédération.