PSG : Maître du jeu ou fouteur de souk... Comment lire la prise de parole de Kylian Mbappé sur son transfert avorté au Real ?

FOOTBALL Très attendue après un été mouvementé marqué par son transfert avorté au Real, la prise de parole de Kylian Mbappé en pleine trève internationale interroge les suiveurs du PSG 

Aymeric Le Gall
— 
Kylian Mbappé est parti en équipe de France en laissant un joli cadeau à ses dirigeants.
Kylian Mbappé est parti en équipe de France en laissant un joli cadeau à ses dirigeants. — LOIC VENANCE / AFP
  • Après son transfert avorté au Real cet été, Kylian Mbappé n’avait pas encore pris la parole pour expliquer sa version des faits.
  • C’est chose faite désormais puisque le numéro 7 parisien s’est exprimé longuement chez nos confrères de L’Equipe et de RMC.
  • Il explique notamment avoir averti le PSG mi-juillet de ses envies de départ afin de laisser le temps à son club de lui trouver un remplaçant d’envergure.

En préparant son petit baluchon direction Clairefontaine, après la défaite concédée dimanche avec Paris sur la pelouse de Rennes, Kylian Mbappé avait parfaitement conscience de la déflagration qu’il était sur le point de causer au PSG. En organisant une opération de communication mieux ficelée que le gigot dominical de mamie, avec deux interviews fleuves accordées à L’Equipe et à RMC et publiée en pleine période de trêve internationale, le joueur a montré à ses dirigeants qu’il était à la fois le maître du temps et de son destin.

Muet comme une carpe tout l’été, à un moment où les supporteurs auraient tué père et mère pour connaître sa position officielle, celui-ci, qu’on devine très agacé par les rodomontades médiatiques de Nasser Al-Khelaïfi et Leonardo fin août, a finalement décidé de vider son sac et de livrer sa vérité sur son transfert avorté au Real au moment où on l’attendait le moins, deux mois après le début de la nouvelle saison.

Pour le consultant beIN Sports Luis Fernandez, cette sortie « a le mérite d’éclaircir la situation, même si on savait depuis longtemps qu’il voulait partir puisqu’il ne voulait pas prolonger son contrat ». « A titre personnel j’aurais aimé qu’il s’exprime plus tôt, je trouve quand même le timing très tardif », tique de son côté Mickaël Madar. Si l’ancien entraîneur parisien se refuse de juger la com' du champion du monde, il y voit tout de même du positif :

« C’est bien que les supporteurs connaissent enfin son point de vue. Après, ils apprécieront, ils n’apprécieront pas, ça, on verra. Maintenant c’est à lui d’être le meilleur et le plus efficace possible à son retour de sélection. On sait très bien comment ça marche : si ça se passe mal sur le terrain, il sait à quoi s’attendre, il sait qu’il y aura des retours négatifs de la part du Parc. Ils ne le louperont pas. Ça peut se retourner contre lui, c’est clair. »

Quel accueil au Parc contre Angers à la reprise ?

Pas sûr que le public de la porte d’Auteuil attende de voir son rendement sur le terrain pour lui dire ses quatre vérités. On se souvient des sifflets nourris qui avaient accompagné sa première au Parc cette saison contre Strasbourg. S’il a expliqué à L’Equipe qu’il comprenait ces huées et qu’il préférait y voir « une marque d’affection », il lui faudra probablement faire preuve d’une gymnastique mentale autrement plus tordue si l’histoire se répète à son retour d’équipe de France.

Du côté du joueur en tout cas, cette sortie médiatique arrive à point nommé. « Je devais m’expliquer. Je devais mettre un terme à ce silence et j’avais dit que je le ferais. Je devais ça aux supporteurs, aux fans de foot et aux gens qui me lisent. Je ne pouvais pas parler pendant l’été, ce n’était pas possible. Maintenant, l’été est terminé, je dois faire une mise au point, je pense que c’est le bon moment ».

Cette mise au point, venons-en. Que nous dit le numéro 7 parisien ? Là encore il est question de calendrier : « Avant l’Euro, j’ai dit au club que je ne voulais pas prolonger, et après l’Euro, j’ai dit que je voulais partir. Mon ambition était vraiment qu’on marche tous main dans la main, le club vendeur, le club acheteur et moi. Qu’on fasse le meilleur deal possible pour sortir tous par la grande porte. Je voulais aussi laisser du temps à mon club pour trouver un remplaçant. Que tout le monde soit content et que moi, je poursuive mon petit bonhomme de chemin. »

Un règlement de compte avec Leonardo ?

N’étant pas dans le secret des dieux, Mickaël Madar opte pour mettre Paris en bouteille : « Si ce qu’il dit est vrai, si les dirigeants ont été informés mi-juillet de son choix de rejoindre le Real, je pense que ça leur laissait le temps de préparer sa succession. D’autant qu’il ne cessait de dire qu’il ne voulait pas prolonger. Ils ont fait Messi en très peu de temps, je pense donc que c’était tout à fait faisable ».

Ce qui est sûr, c’est qu’en disant cela, l’ancien Monégasque se dédouane totalement des torts dont l’accablent les supporteurs parisiens, quitte à mettre la faute sur le PSG, qui a préféré croire qu’une prolongation était encore possible et a pris le risque de refuser les offres du Real Madrid. Problème, le timing (toujours lui) ne colle pas vraiment avec ce que raconte le joueur. En effet, la première offre officielle du Real arrive sur le bureau de Nasser Al-Khelaïfi le 25 août, soit une semaine avant la clôture du mercato…

Or, pour Luis Fernandez, « Mbappé et le Real ont forcément convenu ensemble du moment où la première offre allait tomber », ce qui ruinerait alors la théorie selon laquelle le buteur français ne voulait pas se montrer « ingrat » avec le club qui [l’a] accueilli à 18 ans et qui [lui] a beaucoup donné pendant quatre ans ».

« On ne sait pas ce qui peut se passer »

Au club, personne n’a encore pris la parole pour réagir aux propos du joueur. Le temps de la digestion, dirons-nous. Mais il y a fort à parier que la pilule aura du mal à passer. D’autant que cette prise de parole n’est pas tombée dans l’oreille d’un sourd. En effet, sitôt les premiers mots de Mbappé publiés sur le site de RMC, Florentino Perez sortait de son terrier pour sauver le prisonnier bondynois. « En janvier nous aurons des nouvelles de Mbappé, a-t-il déclaré à El Debate avant d’aller plus loin. On espère que le 1er janvier, tout pourra être réglé ».

Sortie aussitôt nuancée auprès de RMC, sur l’air bien connu de « mes paroles ont été déformées » : « Ce que j’ai dit est qu’il faut attendre l’année prochaine pour avoir des nouvelles et ce, toujours dans le respect du PSG avec lequel nous entretenons de bonnes relations ».

Là encore, tout dépendra de ce que veut le joueur. Or, celui-ci semble prendre un malin plaisir à jouer avec les nerfs de ses courtisans. Mardi, dans L’Equipe, il a même dit tout et son contraire sans jamais trembler des mollets. D’un côté, à propos de ses envies de départ à l’issue de la saison : « cela fait maintenant suffisamment longtemps que je suis dans le foot pour savoir que la vérité d’hier n’est pas celle d’aujourd’hui, ni celle de demain. Donc, on ne sait pas ce qui peut se passer. »

De l’autre, au sujet d’une éventuelle prolongation : « On en est loin, puisque je voulais partir cet été. Je ne vais pas faire l’hypocrite et venir jeter une bouteille à la mer, du genre : " Oh, je ne sais pas " » Comprendra qui pourra. Nous, perso, on a abandonné l’idée, et notre ami Josep "tic tac" Pedrerol du Chiringuito ​aussi, presque plus inquiet que Nasser après cette double interview à tiroirs. Vivement la fin du cirque, quand même.