Messi au PSG : « La Ligue 1 ne va pas forcément gagner en attractivité »

INTERVIEW Alors que l’arrivée de Messi au PSG est imminente, l’économiste du sport Jean-Pascal Gayant explique quel impact ce transfert pourrait avoir sur les revenus de la Ligue 1

Propos recueillis par Aymeric Le Gall
— 
Football: Lionel Messi quitte le Barça... et rejoint le PSG ! — 20 Minutes
  • Leo Messi et le PSG sont tombés d’accord mardi, l’Argentin sera bien un joueur parisien cette saison.
  • Il devrait s’engager pour deux saisons (plus une en option) avec le club de la capitale et percevra un salaire d’environ 35 millions par an bonus compris.
  • Mais si l’arrivée de l’ancien Barcelonais va évidemment profiter aux finances du PSG, en sera-t-il de même pour le reste de la Ligue 1 ? On en parle avec l’économiste du sport Jean-Pascal Gayant.

Fumée blanche sur fond de ciel gris à Paris ! Selon de multiples sources concordantes, le PSG et Leo Messi sont tombés d'accord mardi sur un contrat de deux ans (plus une en option) pour un salaire annuel avoisinant les 35 millions d’euros. Ce qui restait de l’ordre du fantasme il y a encore quelques jours est désormais une réalité : MESSI VA JOUER EN LIGUE 1 ! Et la Ligue 1 s’en réjouit.

Mais, alors que le bénéfice en terme économique et d’image semble incontestable pour le Paris Saint-Germain, qu’en est-il en réalité pour l’environnement global du championnat de France ? On ne cesse ces dernières heures d’entendre parler de la fameuse théorie du ruissellement qui voudrait qu’en recrutant Messi, le PSG va faire couler du flouze en veux-tu en voilà sur tous les clubs de Ligue 1, mais est-ce aussi simple que cela ? Si Joe Biden lui-même a mis un high-kick à cette théorie économique dans nos sociétés capitalistes, l’économiste du sport Jean-Pascal Gayant est à deux doigts d’en faire de même au sujet de l’arrivée du sextuple ballon d’Or en Farmers League.

Les acteurs de la Ligue 1, Jean-Michel Aulas en tête, semblent s’accorder pour dire que l’arrivée de Messi au PSG va rejaillir économiquement sur tout l’environnement du football français. Vous êtes d’accord avec ça ?

Oui, c’est la fameuse théorie du ruissellement. Personnellement je n’y crois pas un seul instant. Si l’on regarde un peu ce qui se passe depuis 2011 et l’arrivée du Qatar au PSG, force est de constater que la théorie du ruissellement ne fonctionne pas. A l’époque on nous a expliqué que ça allait profiter économiquement à tout le monde, en 2017 rebelote avec l’arrivée de Neymar et Mbappé, on a entendu partout que ça allait être formidable pour les revenus de la Ligue et des clubs. Or quel est l’impact fondamental de ces deux séquences, aujourd’hui, en 2021, en faisant abstraction de la crise du Covid ? Le championnat n’a pas forcément gagné en attractivité, les audiences des matchs sont plutôt faibles et on a des droits TV domestiques qui ont été divisés par deux (si on se base sur le contrat initialement signé avec Mediapro). Partant de là, on peut effectivement dire que la théorie du ruissellement ne fonctionne pas du tout.

D’autant que les droits TV à l’étranger commercialisés par beIN Media Group, et qui ne rapporte que 75 millions d’euros par an à la Ligue [contre 1,5 milliard d’euros à la Premier League et 900 millions d’euros à la Liga !] ont été signés jusqu’en 2024, année théorique de la fin du contrat de Messi avec le PSG…

C’est vrai et on peut aussi se demander si l’arrivée de Messi à Paris va susciter un supplément d’intérêt considérable dans les autres pays pour la Ligue 1, que ce soit en Asie ou en Amérique. Je n’en suis même pas sûr. Après c’est une question sur laquelle il est difficile d’avoir des réponses catégoriques à l’heure actuelle. Mais, contrairement à ce que certains pensent, je ne m’attends pas non plus à un raz-de-marée sur les droits TV à l’étranger. Car qu’est-ce qui fait l’attractivité d’une ligue de football ? Il y a bien entendu la présence de talents comme Neymar, Mbappé et bientôt Messi, mais aussi le degré de compétitivité du championnat. Or là, avec l’arrivée de l’Argentin, on peut imaginer que le déséquilibre va encore se creuser entre le PSG et les autres clubs.

Et puis il ne faut pas oublier une chose : En faisant le choix d'Amazon pour la commercialisation de 80 % des droits TV de la Ligue 1, a opté pour la guerre frontale avec Canal + et beIN. C’est un choix qui implique une espèce de position intenable pour beIN Sport, qui est toujours en procédure judiciaire contre la LFP. Partant de là, je ne suis pas persuadé que beIN soit dans une disposition d’esprit extraordinairement favorable à la Ligue au regard de ce qu’il se passe en ce moment sur le sujet des droits TV.

A l’arrivée, outre le PSG, le grand gagnant dans cette affaire c’est Amazon, qui a acheté les droits TV de la Ligue 1 pour peanut ou presque (250 millions d’euros par saison jusqu’en 2024) et qui va se retrouver avec Messi en tête de gondole.

Ah pour eux c’est clair que c’est tout bénef ! Amazon ne paye rien ou pas grand-chose et se retrouve avec des opportunités incroyables de capter des consommateurs nouveaux pour ses abonnements Amazon Prime. Même s’ils n’y sont pour rien dans ce transfert, j’ai quand même envie de leur dire « chapeau les gars ! » (rires). Ils peuvent se frotter les mains.