Equipe de France : « On gagne sur le terrain, pas sur le papier », Lloris calme les ardeurs des troupes avant le pays de Galles

FOOTBALL A Nice, mardi, le capitaine de l'équipe de France a tenu un discours un peu différent de ceux de ses petits camarades 

Aymeric Le Gall
— 
Hugo Lloris a voulu tempérer les ardeurs de ses coéquipiers avant le match face au pays de Galles.
Hugo Lloris a voulu tempérer les ardeurs de ses coéquipiers avant le match face au pays de Galles. — FRANCK FIFE / AFP

A l’Allianz Riviera,

Veille de match de l’équipe de France oblige, c’est le capitaine Hugo Lloris qui s’est collé à l’exercice de la conférence de presse. Si le joueur des Spurs n’est pas forcément le plus bavard dans ce genre d’exercice - ou le moins intéressant, c’est selon -, il avait deux ou trois choses à clarifier avant le premier match de préparation des Bleus face au pays de Galles. Il n’aura en effet pas échappé au capitaine des Bleus qu’un vent d’optimisme souffle depuis plusieurs jours maintenant sur le groupe de 26 appelés par Didier Deschamps. Trop, peut-être.

De Coman à Koundé en passant par Tolisso ou Benzema, tous ont plus ou moins ouvertement annoncé que l’équipe de France se présentait à cet Euro avec le statut de favori, quand certains n’hésitaient carrépent pas à parler de machine de guerre, à l’image de l’ailier bavarois, pour qui les Bleus ont « la meilleure équipe du monde ».

Un constat partagé dans un premier temps par Lloris, qui expliquait mardi soir qu'« il y a toujours eu beaucoup d’attente sur l’équipe de France, encore plus depuis qu’elle a le statut de championne du monde ». « Et en ayant beaucoup de talents sur le papier, forcément on sera attendu mais on essaye de rester dans notre bulle et de ne pas se laisser pas influencer par ce qui se dit à l’extérieur », a-t-il tempéré.

« Nous n’avons aucune garantie de succès »

Le truc, justement, c’est que pour une fois cela ne vient pas que de l’extérieur. Alors, sans le formaliser tel quel, l’ancien Niçois a tenu à calmer un peu les ardeurs des plus optimistes, rappelant l’importance « de l’équilibre » de cette équipe de France, qui ne peut pas entièrement se reposer sur son armada offensive. Peut-on quand même imaginer une équipe avec quatre offensifs dès mercredi face au pays de Galles ? « Tout est possible dans le foot lorsque le projet de jeu est clair, précis », a avancé celui qui fêtera mercredi sa 100e sélection en tant que capitaine. 

« Ensuite ce sont aux joueurs de mettre la bonne animation sur le terrain, avec ou sans ballon. Mais bien sûr qu’offensivement on a beaucoup de joueurs talentueux dans beaucoup de domaines différents. Mais on ne gagne pas une compétition sans être solide et bien organisés, on gagne sur le terrain et pas sur le papier, a répété Hugo Lloris, histoire que le message passe cinq sur cinq. Nous n’avons aucune garantie de succès, c’est à nous de créer la dynamique positive pour pouvoir entrer dans la compétition de la meilleure des manières et de durer dans cette compétition. » A 24 heures du premier match des Bleus, voilà une petite piqûre qui ne fera de mal à personne.