Stéphanie Frappart est devenue la première femme à arbitrer un match de qualification à la Coupe du monde

FOOTBALL Encore une grande première pour la pionnière française

N.C. avec AFP

— 

Stéphanie Frappart a arbitré la rencontre les Pays-Bas et l'Estonie en qualification à la Coupe du monde 2022, le 28 mars 2021.
Stéphanie Frappart a arbitré la rencontre les Pays-Bas et l'Estonie en qualification à la Coupe du monde 2022, le 28 mars 2021. — Peter Dejong/AP/SIPA

La Française Stéphanie Frappart est devenue la première femme à arbitrer un match de qualifications pour une Coupe du monde masculine, en dirigeant la rencontre opposant les Pays-Bas à la Lettonie, samedi à l’Arena Johan-Cruyff d’Amsterdam. « Stéphanie Frappart un peu plus dans l’histoire ! Félicitations pour être devenue la première femme à arbitrer un match de qualification messieurs à une Coupe du monde », a tweeté la Fifa.

A 37 ans, la Française Stéphanie Frappart gravit les échelons de l’arbitrage à toute vitesse. En arbitrant Juventus Turin-Dynamo Kiev (3-0) début décembre denier, elle était devenue la première femme à officier en Ligue des champions, et sa performance ce soir-là, maîtrisée, avait été saluée par la presse.

Avant la C1, Frappart s’était déjà vu confier la Supercoupe d’Europe d’août 2019 opposant Liverpool et Chelsea, après avoir été la première femme au sifflet en deuxième division française (2014) puis en Ligue 1 masculine (2019), où elle avait arbitré début octobre son premier choc Lyon-Marseille. En septembre 2020, elle avait déjà arbitré la Lettonie, face à Malte, lors d’un match comptant pour la Ligue des nations.

« C’est à la fois un privilège, un honneur et une responsabilité. J’espère que mon parcours va encourager les jeunes filles à s’engager dans l’arbitrage », disait Stéphanie Frappart à l’été 2019 à l’aube de sa première saison complète dans l’élite – finalement interrompue par le coronavirus en mars.