OL-RC Strasbourg : « Il faut qu’il m’expulse Marcelo »… Thierry Laurey ne digère pas l’arbitrage d’Amaury Delerue

FOOTBALL Nettement battu samedi au Parc OL (3-0), l'entraîneur alsacien regrette autant l’exclusion d’Adrien Thomasson dès la 15e minute de jeu que la clémence de l’arbitre envers Marcelo

Jérémy Laugier
— 
Face à l'OL de Rudi Garcia, Thierry Laurey s'est légitimement plaint de l'arbitrage samedi.
Face à l'OL de Rudi Garcia, Thierry Laurey s'est légitimement plaint de l'arbitrage samedi. — PHILIPPE DESMAZES / AFP
  • Les Strasbourgeois se sont lourdement inclinés (3-0) samedi face à l’OL, nouveau leader provisoire de la Ligue 1.
  • Cette défaite a été précipitée par l’expulsion d’Adrien Thomasson, qui s’en serait pris à Amaury Delerue dès la 15e minute de jeu.
  • Combiné à la non-exclusion de Marcelo pour une main grossière, ce fait de jeu a entraîné un (nouveau) show de l’entraîneur alsacien Thierry Laurey après la rencontre.

Au Parc OL,

Pour Thierry Laurey, il n’y avait « rien de déshonorant » dans cette large défaite (3-0) de son équipe, samedi au Parc OL. Et pour cause, quand on a vu le Racing être mené de deux buts par le nouveau leader provisoire de la Ligue 1, et à 10 contre 11, après une demi-heure de jeu, on avoue avoir songé à une plus grosse débâcle. Le tournant de cette rencontre a évidemment été l’expulsion d’Adrien Thomasson dès la 15e minute de jeu.

« L’orage du début de match était passé et il y avait beaucoup d’espace pour les mettre en difficulté, estime le milieu strasbourgeois Sanjin Prcic. Mais on a malheureusement pris le carton rouge à ce moment-là. Après, même si on a bataillé, ça n’est plus le même match. » Difficile de lui donner tort, tant les vagues lyonnaises de la première période ont fait suite à ce fait de jeu.

Ici au duel avec Memphis Depay, Adrien Thomasson n'a passé que 15 minutes sur la pelouse du Parc OL samedi.
Ici au duel avec Memphis Depay, Adrien Thomasson n'a passé que 15 minutes sur la pelouse du Parc OL samedi. - PHILIPPE DESMAZES / AFP

« Un joueur a pulvérisé le juge de touche »

Et si Sanjin Prcic s’est bien gardé de commenter la décision d’Amaury Delerue (l’homme qui ne donne pas de temps additionnel malgré neuf changements de joueurs samedi), son entraîneur s’en est donné à cœur joie durant sa conférence de presse. Première « mise au point » soft de Thierry Laurey : « On se retrouve à dix de manière un peu bête. Ce sont des choses qui peuvent arriver. Malheureusement, je trouve que l’arbitre a sorti le deuxième carton jaune un peu rapidement ». L’emblématique coach du Racing est ensuite monté en puissance lorsqu’un journaliste lui a demandé si Adrien Thomasson s’était vu reprocher une insulte par l’arbitre du match, juste après une charge appuyée sur Thiago Mendes synonyme de premier avertissement.

Bah, tu l’as vu poser un tacle entre-temps ? Alors ce sont forcément des mots. Pour info, il y a un joueur d’une grande équipe française venue à Strasbourg cette année qui a pulvérisé le juge de touche, avec insulte sur insulte. Il n’a même pas pris un carton jaune, on ne lui a même pas fait une remarque. Nous, on a un joueur qui a dit un mot de travers et qui prend un carton rouge. Je ne dis pas qu’il a fait quelque chose de bien, mais au bout d’un quart d’heure de jeu, tu [Amaury Delerue en l’occurrence] peux avoir un peu plus de calme et de maîtrise. »

« Je vais rentrer chez moi me faire une petite bière »

Thierry Laurey était surtout remonté contre la décision de l’arbitre de ne pas donner de carton au défenseur lyonnais Marcelo, auteur d’une main grossière face à Habib Diallo (50e), après avoir déjà été averti en première période. Amaury Delerue n’est même pas revenu à la faute, expliquant à l’entraîneur strasbourgeois (tout en lui adressant un carton jaune) qu’il avait offert « un avantage » à Diallo en ne sifflant pas. Un avantage ayant donc entraîné une frappe désespérée de 30 mètres dans le virage sud…

Amaury Delerue, son carton rouge et Marcelo, tous les ingrédients ayant agacé Thierry Laurey sont réunis sur cette photo.
Amaury Delerue, son carton rouge et Marcelo, tous les ingrédients ayant agacé Thierry Laurey sont réunis sur cette photo. - Laurent Cipriani/AP/SIPA

« Sa main est totalement volontaire, et si Marcelo est expulsé à ce moment-là, ce n’est pas la même histoire. Je ne dis pas qu’on va gagner, rassurez-vous. Je dis simplement que ça rétablit l’égalité et qu’on peut peut-être voir autre chose. Si monsieur l’arbitre pense qu’il doit expulser mon joueur, il n’y a pas de problème. Mais par contre, il faut qu’il m’expulse Marcelo alors. Car là, il y a deux poids, deux mesures. Je ne vais pas faire tout un pamphlet sur l’arbitrage mais nous voulons être arbitrés de la même façon. »

Chaud bouillant devant les micros, Thierry Laurey conclut avec son authenticité habituelle : « Je ne vais pas me plaindre, j’ai pris 3-0 aujourd'hui, je vais rentrer chez moi me calmer, me faire une petite bière tranquille, et on va repartir à la guerre la semaine prochaine ».