FC Barcelone : Ronald Koeman ne voit pas le Barça remporter la Ligue des champions cette saison

AMBITIONS Voilà des propos qui devraient enchanter des supporters barcelonais déjà bien à la peine cette saison

A.L.G.
— 
Ronald Koeman ne veut pas jouer de la flûte aux supporters du Barça.
Ronald Koeman ne veut pas jouer de la flûte aux supporters du Barça. — Pau BARRENA / AFP

Nom : Koeman. Prénom : Ronald. Profession : vendeur de rêves. Alors que le FC Barcelone traverse une crise sans précédent cette saison, les supporters blaugranas devraient a-do-rer la dernière interview donnée par leur entraîneur à The Athletic. Interrogé sur les objectifs que lui a fixés la direction lors de sa prise de poste, le Néerlandais a tenu à mettre les choses au clair.

« Personne ne m’a dit : "il faut gagner quelque chose", assure-t-il d’emblée. Tout le monde dans le club se rend compte que nous sommes dans une saison de transition, et bien sûr, nous aimons nous battre pour les titres dans les coupes, la Liga, mais ils savent qu’ils ne peuvent pas s’attendre à ce que nous remportions la Ligue des champions. »

Koeman se sent bien seul au Barça

Et que pense-t-il de la double confrontation en huitièmes de finale de C1 face au PSG les 16 février et 12 mars prochains ? « Nous pouvons peut-être battre le PSG, nous pouvons peut-être arriver en demi-finale, mais plus de clubs sont meilleurs actuellement, ils sont plus favoris pour gagner quelque chose de gros que Barcelone », a-t-il poursuivi. Relégué en Liga à dix points de l’Atlético de Madrid, leader, et dans le rouge (écarlate) au niveau des finances, le Barça ne peut même plus compter sur son entraîneur pour émettre ne serait-ce qu’une lueur d’espoir dans les yeux des socios.

Il faut dire à sa décharge que Koeman se sent bien seul au club en ce moment après la démission de Josep Maria Bartomeu. Pour le moment, Carles Tusquets assure l’intérim en attendant l’élection du nouveau président, mais cela semble bien précaire au vu des nombreux dossiers chauds qui agitent le club catalan ces derniers mois.

« Le plus difficile pour moi en tant que manager, c’est qu’il n’y a pas de président, il n’y a pas de numéro 1 dans le club qui prend les décisions. Tous ces types de décisions [recrutement, baisse des salaires] doivent être pris par le manager et c’est plus difficile. Je n’ai, actuellement, personne avec qui communiquer sur la manière dont nous devons continuer. C’est difficile. Le club a besoin d’un président dès que possible. » Et de quelques ambitions (même factices) à agiter aux yeux des supporters, accessoirement.