Angers-RC Strasbourg : « J'ai le niveau »... Arrivé du National l'été dernier, Mehdi Chahiri s'impose en Ligue 1

FOOTBALL Le milieu offensif du Racing club de Strasbourg pourrait de nouveau être titulaire mercredi à Angers

Thibaut Gagnepain

— 

Mehdi Chahiri a signé sa deuxième titularisation d'affilée face à Metz dimanche dernier.
Mehdi Chahiri a signé sa deuxième titularisation d'affilée face à Metz dimanche dernier. — FREDERICK FLORIN / AFP
  • Arrivé au Racing l’été dernier du Red Star (National), Mehdi Chahiri peut être considéré comme l’une des rares satisfactions du début de saison du club alsacien.
  • Le natif de Grande-Synthe avait marqué deux buts lors des premières journées de Ligue 1, avant de disparaître.
  • Depuis mi-novembre, Thierry Laurey lui fait de nouveau confiance. « Le coach me place beaucoup défensivement. Ça a toujours été ma lacune. Offensivement, il me laisse un peu de liberté donc ça va », explique Mehdi Chahiri.

Une voiture qui se gare juste à côté de la salle de presse et multiplie les coups de klaxon. Lionel Carole a eu beau vouloir déconcentrer son coéquipier en pleine conférence mardi, Mehdi Chahiri n’a pas lâché. Dans sa communication comme sur le terrain, le milieu offensif du RC Strasbourg a beaucoup appris ces derniers mois.

Arrivé l’été dernier sans référence du Red Star (National), le joueur de 24 ans est aujourd’hui titulaire au sein de l’équipe alsacienne. En tout cas lors des deux dernières journées de Ligue 1, à Nantes et contre Metz. « Notre changement de système de jeu lui a été favorable », décrypte son entraîneur Thierry Laurey, qui l’a replacé sur son aile gauche de prédilection dans son nouveau 4-2-3-1. Où le natif de Grande-Synthe peut mieux exploiter ses qualités de dribble et de vitesse.

« C’est mon poste », confirme l’intéressé, qui avait réussi des débuts fracassants avec le Racing. Sur la lancée de sa saison 2019-2020 à 11 buts, il a marqué à Lorient dès la 1re journée avant de récidiver fin septembre à Monaco. Puis de disparaître et ne jouer aucune minute en octobre.

« J’ai trouvé qu’il avait changé »

« Son entame de saison n’était pas mauvaise mais après, ça a été un peu plus compliqué et on a préféré lui laisser un peu de temps pour digérer tout ça. Puis quand je suis revenu de mon Covid [le 10 novembre], j’ai trouvé qu’il avait changé. Il avait d’autres attitudes, était beaucoup plus concentré et décisif lors des entraînements. C’est pour ça qu’on lui a redonné sa chance », résume Thierry Laurey en jugeant Chahiri « pas encore assez décisif mais en progrès ».

A quels niveaux ? « Tactique », répond le joueur avec le sourire. « Le coach me place beaucoup défensivement. Ça a toujours été ma lacune. Offensivement, il me laisse un peu de liberté donc ça va.. » Le milieu offensif témoigne du fossé entre le National et la Ligue 1. « Tactiquement, c’est au-dessus. Après, il faut aller plus vite dans les 30 derniers mètres par rapport au National où j’avais un peu plus le temps. Et physiquement, les mecs sont aussi plus costauds. »

Dans ce nouveau monde, le Franco-Marocain ne se sent pas largué. Il a pris part à 11 des 14 matchs du Racing cette saison. Rien de surprenant à l’entendre. « Quand je suis venu, je me suis dit "j’ai le niveau pour jouer" donc je m’attendais à avoir ma chance. […] J’arrive vite à assimiler les choses », s’amuse-t-il pendant que Lionel Carole continue son show à côté. Sans réussir à le troubler.