Mediapro : Nasser Al-Khelaïfi réclame une enquête pour faire la lumière sur le fiasco des droits télé

FOOTBALL Le président du PSG n’a pas digéré la volte-face de Mediapro dans le dossier des droits TV français

A.L.G.

— 

Nasser Al-Khelaïfi est très remonté contre Mediapro.
Nasser Al-Khelaïfi est très remonté contre Mediapro. — FRANCK FIFE / AFP

Les promesses n’engagent que ceux qui y croient disait Charles Pasqua. En sera-t-il ainsi pour Mediapro, sur le point de fermer boutique et de quitter la France après le fiasco des droits TV, qui essaye par tous les moyens de s’éviter des poursuites en justice en échange d’un chèque de 100 millions d’euros à la LFP ? C’est la question qu’on se pose après les révélations de nos confrères de L'Equipe, qui annoncent dimanche que Nasser Al-Khelaïfi réclamerait une enquête pour faire la lumière sur les responsabilités dans le fiasco Mediapro.

« En substance, il a dit qu’il faudrait savoir comment on en est arrivé là », a confié un administrateur à L’Equipe, ajoutant que le président du Paris Saint-Germain souhaitait qu’une « investigation complète soit menée pour connaître les manquements de toutes les parties du dossier c’est-à-dire la Ligue, les clubs, les avocats, l’actionnaire chinois ». Cela pourrait être un point de départ avant une éventuelle action en justice contre le groupe télévisuel sino-espagnol.

Le tribunal de commerce de Nanterre doit se prononcer

Les propos du boss parisien tranchent avec les déclarations de Vincent Labrune – qui est parvenu à arracher sur le fil à Mediapro une promesse de dédommagement à hauteur de 100 millions d’euros – qui déclarait récemment qu’il n’y « aura pas de chasse aux sorcières » contre Jaume Roures et son groupe. En effet, les 100 millions d’euros en question, dont 64 seront versés dès la semaine prochaine et 36 dans le courant du premier semestre 2021, auraient été promis par Mediapro (grand prince !) en échange de ne pas être poursuivi en justice.

En attendant de voir les dirigeants du foot français changeront d’avis d’ici là, le tribunal de commerce de Nanterre doit encore valider l’homologation de l’accord entre la Ligue et son futur ex-diffuseur. Cela devrait avoir lieu en fin de semaine prochaine.