Coronavirus : L’amendement du député Sacha Houlié pourrait-il garantir au sport français « une cohérence sanitaire » ?

FOOTBALL Les clubs français sont intéressés par l’amendement du député LREM de la Vienne, adopté à l’unanimité ce mercredi par la commission des lois de l’Assemblée nationale, qui propose  de « remettre en cause les jauges en valeur absolue »

Jérémy Laugier

— 

Comme contre Dijon, le Parc OL a pu accueillir vendredi dernier face à Nîmes 5.000 spectateurs.
Comme contre Dijon, le Parc OL a pu accueillir vendredi dernier face à Nîmes 5.000 spectateurs. — Laurent Cipriani/AP/SIPA
  • Confronté depuis mardi à un nouvel arrêté préfectoral, l’OL « n’accepte pas » la nouvelle jauge imposée à 1.000 spectateurs pour accueillir l’OM le 4 octobre.
  • Comme plusieurs autres clubs français, l’OL compte sur l’amendement de Sacha Houlié, adopté à l’unanimité à l’Assemblée nationale, pour changer la donne.
  • Le député LREM de la Vienne suggère le principe de jauge proportionnelle selon deux critères : la taille du stade et la circulation du virus dans le département de l’enceinte.

« Une belle avancée pour le bon sens, les supporters et les spectateurs. » C’est ainsi que Sacha Houlié présente ce mercredi la première victoire de son amendement « pour que les jauges de remplissage soient proportionnelles à la capacité des stades et des salles ». Mardi soir, le député LREM de la Vienne attendait une réponse d’Olivier Véran, auditionné en commission de lois à l’Assemblée nationale. Mais le ministre de la Santé a renvoyé cette question au conseil de défense.

Et ce mercredi, la commission des lois de l’Assemblée nationale a adopté l’amendement, soutenu depuis plusieurs semaines par le ministère des Sports. La position de Sacha Houlié est claire : « remettre en cause les jauges en valeur absolue ». A savoir 5.000 spectateurs maximum dans tous les stades et salles français, et désormais 1.000 dans la plupart des zones rouges, peu importe qu’il s’agisse du stade Vélodrome (67.000 places) ou du stade Francis-Leblé à Brest (16.000 places).

« On va essayer de se battre contre cette doctrine nationale »

Après notamment l’OGC Nice, les Girondins de Bordeaux et l’OM, l’OL se trouve à son tour confronté à un nouvel arrêté préfectoral dépeuplant un peu plus son stade. Après avoir vu sa jauge limitée comme partout en France à 5.000 personnes, contre Dijon le 28 août puis Nîmes vendredi, tous dans la tribune est d’une enceinte de 59.000 places, le club lyonnais doit désormais basculer (au moins) jusqu’au 6 octobre sur une affluence de 1.000 spectateurs maximum. Un nouveau coup dur, d’autant que cette nouvelle donne concerne le choc face à l’OM, programmé le 4 octobre (21 heures).

En l’état, le club lyonnais devrait uniquement accueillir ce soir-là ses clients et partenaires abonnés en loges, qui sont environ 1.500 depuis le début de la saison. Mais le souhait du stadium manager lyonnais Xavier Pierrot est tout autre : « On va essayer de se battre contre cette doctrine nationale en poussant dans le sens de l’amendement proposé par Sacha Houlié ».

De 10 à 50 % de remplissage selon la taille du stade et la circulation du virus

D’après ce dernier, « le timing est trop serré » concernant cette affiche de Ligue 1, alors que la loi sera examinée le 1er octobre en séance publique. Xavier Pierrot résumait ainsi le sentiment de l’OL mardi.

Nous sommes abasourdis car il n’y a aucune raison de faire évoluer une formule qui fonctionne bien, sans cluster recensé dans un stade en France. On ne peut pas accepter qu’on applique la même limitation de jauge dans une salle de spectacle de 3.000 places que dans un stade de 59.000 places. Le sport est à nouveau sanctionné alors qu’il est beaucoup plus dangereux de se balader un samedi dans le centre commercial de la Part-Dieu. Il n’y a pas de cohérence sanitaire. »

Pour en permettre davantage, Sacha Houlié suggère donc ce principe de jauge proportionnelle selon deux critères : la taille du stade et la circulation du virus dans le département de l’enceinte. Il fournit des catégories « à titre indicatif » : « une jauge à 10 % des places pour les stades situés en zone rouge, contre 25 % en zone orange et 50 % en zone verte ». Dans ce cadre, l’OL pourrait donc par exemple accueillir 5.900 spectateurs et non plus 1.000, voire jusqu’à près de 30.000 personnes si la situation sanitaire tend à s’améliorer dans les prochaines semaines dans le Rhône.

« Nous sommes pris à la gorge »

« Cet amendement semble être une évidence et j’ai beaucoup de soutien, précise Sacha Houlié. Je sais que des clubs comme Nantes, Paris, Lyon et Marseille sont notamment intéressés par ma démarche. » Les clubs de « sports de salle » également, à l’image de l’Asvel, qui va devoir recevoir Bourg-en-Bresse le 4 octobre dans une Astroballe passant d’une capacité de 5.600 à 1.000 places.

Très loin donc de la proposition faite par le club villeurbannais d’accueillir, « en garantissant la sécurité de tous », 3.600 spectateurs. « On a du mal à comprendre le pourquoi du comment, confie Gaëtan Muller, président délégué de l’Asvel. L’impact d’une saison avec une jauge de 1.000 spectateurs serait terrible pour nous, avec entre 1 et 1,5 million d’euros de perte, Le combat est le même pour tous les sports, nous sommes pris à la gorge. »