« L'équipe de France n'appartient à personne »... Diacre répond à Bouhaddi, qui a mis sa carrière internationale sur pause

FOOTBALL La sélectionneuse de l'équipe de France a réagi à la décision de Bouhaddi de ne plus revenir en bleu tant qu'elle sera à sa tête

A.L.G. avec AFP

— 

Corinne Diacre en conférence de presse le 26 février 2020.
Corinne Diacre en conférence de presse le 26 février 2020. — CHRISTOPHE SAIDI/SIPA

« L’équipe de France n’appartient à personne ». Voilà la réponse donnée par la sélectionneuse des Bleues Corinne Diacre, questionnée sur le refus de la gardienne Sarah Bouhaddi de porter le maillot tricolore tant qu’elle serait en poste à la tête des Bleues. « Je pense avoir tenu compte de sa décision en ne la sélectionnant pas » pour le rassemblement de septembre, a-t-elle fait valoir.

Il est « difficile de sélectionner quelqu’un qui n’a pas envie de porter le maillot bleu », a ajouté Diacre en visioconférence de presse depuis Sköpje où les Bleues affrontent la Macédoine du Nord mardi en qualifications pour l’Euro 2022.

« Elle a exprimé que visiblement j’étais la cause [de son choix] de ne plus venir en équipe de France », a reconnu la sélectionneuse à propos de la gardienne de Lyon (149 sélections). « Maintenant, l’équipe de France n’appartient à personne, ni aux joueuses ni à la sélectionneuse », a-t-elle souligné.

Le Sommer salue « une décision courageuse de sa part »

Fin juillet, Bouhaddi a annoncé mettre sa carrière internationale entre parenthèses. « Au fond de moi, j’ai envie de continuer avec l’équipe de France, car j’ai l’amour de ce maillot, le plaisir de jouer pour mon pays. Tout simplement, je ressens le besoin de faire une pause », a expliqué la joueuse de 33 ans au site Olympique-et-Lyonnais.com.

Le quotidien sportif L'Equipe a livré une autre version. « Informée par Jean-Luc Vasseur, son entraîneur à l’OL, qu’elle était pré-convoquée, Bouhaddi a fait savoir par SMS à la sélectionneuse que tant qu’elle [Diacre] serait en poste, elle ne remettrait pas les pieds en sélection », a écrit le journal dans son édition de lundi.

« Je respecte la décision de Sarah (…) C’est une décision courageuse de sa part », a commenté sa coéquipière lyonnaise Eugénie Le Sommer lundi devant quelques journalistes. « Tout n’a pas été parfait par le passé, il convient aujourd’hui d’avancer, de faire évoluer certaines choses aussi », et « la coach fait aussi des efforts dans ce sens », a-t-elle conclu on ne peut plus diplomatiquement.