Avec le film « Les Joueuses », l’OL de Wendie Renard continue le combat pour « changer les mentalités »

FOOTBALL FEMININ Présenté à Lyon mercredi, avant une sortie nationale le 9 septembre, le documentaire « Les Joueuses » nous plonge dans le quotidien de la bande à Wendie Renard, désormais septuple championne d’Europe

Jérémy Laugier

— 

Stéphanie Gillard a filmé plusieurs matchs de l'OL pour le film, dont la demi-finale de Ligue des champions contre Chelsea, en avril 2019.
Stéphanie Gillard a filmé plusieurs matchs de l'OL pour le film, dont la demi-finale de Ligue des champions contre Chelsea, en avril 2019. — Rouge International
  • L'OL vient de remporter dimanche sa septième couronne européenne en battant en finale Wolfsburg (3-1) dimanche.
  • Cette énième consécration a précédé de quelques jours la sortie du long-métrage Les Joueuses, se voulant le pendant féminin des Yeux dans les Bleus, 22 ans après. 
  • Les joueuses lyonnaises, ainsi que la réalisatrice Stéphanie Gillard et la productrice Julie Gayet ont évoqué ce projet devant la presse mercredi pour l'avant-première du film à Lyon.

Juste après le sacre mondial es Bleus en 2018, Julie Gayet rêvait de produire un documentaire sur l’équipe de France organisant l’été suivant  sa Coupe du monde. « Nous avons reçu un stop net de la fédération car Corinne Diacre refusait qu’une caméra rentre dans le vestiaire », indique la productrice, qui s’est alors tournée vers l’OL, la référence de la discipline en Europe.

« Comme le président Jean-Michel Aulas nous a ouvert les portes du club, ça a ensuite été une évidence pour nous », sourit Stéphanie Gillard, réalisatrice du documentaire Les Joueuses, une plongée dans le quotidien de l’OL lors d’une saison 2018-2019 conclue avec un triplé D1-Coupe de France-Ligue des champions. Présenté au festival du film francophone d’Angoulême puis en avant-première mercredi au cinéma Pathé de Lyon Vaise, ce long-métrage d’1h27 rappelant forcément Les Yeux dans les Bleus sera disponible dans toute la France à partir du 9 septembre.

« Notre réussite ne tombe pas du ciel »

L’évidence ressentie par Stéphanie Gillard n’a pas été la même pour le groupe alors coaché par Reynald Pedros. « Wah, c’était bizarre de recevoir d’un coup quelqu’un dans notre vestiaire, c’est un endroit habituellement privé, a confié Amandine Henry mercredi lors d’une rencontre avec la presse. Puis Jean-Michel Aulas nous a expliqué qu’on pouvait par ce biais transmettre des messages aux générations futures. »

A 30 ans, la capitaine des Bleues, qui dû attendre plusieurs saisons en D1 avant de bénéficier du statut de professionnelle, a vite saisi la valeur de transmission des Joueuses : « On a tenu à montrer que notre réussite ne tombe pas du ciel, il y a beaucoup de travail. Et puis c’est essentiel de rappeler aux jeunes qu’il ne faut plus avoir de barrière, il n’existe plus de sport uniquement masculin ou féminin. » Au travers du documentaire, il est d’ailleurs beaucoup question de quête de « respect » et de « reconnaissance » pour la bande à Wendie Renard.

« On doit se battre pour les générations suivantes »

« Aux Etats-Unis, c’est naturel depuis toujours de voir une petite fille jouer au football, rappelle l’emblématique défenseure du club. En France, ça l’est surtout depuis notre demi-finale à la Coupe du monde 2011. On a fait beaucoup de chemin en dix ans, même si on aimerait que ça aille beaucoup plus vite. Des générations se sont battues pour nous et on doit aussi se battre pour les suivantes. »

Y compris pour susciter de l’intérêt auprès de l’équipe masculine de son propre club, même après un sacre européen. « Ça ne coûte rien de mettre un petit message », note ainsi Wendie Renard dans le documentaire.

L’équipe masculine est venue féliciter les filles à l’entraînement

« Il y a parfois encore des mentalités à changer mais nous avons la chance à l’OL d’avoir une bonne relation avec les garçons, a précisé l’intéressée mercredi. Quand nos homologues nous félicitent, c’est toujours gratifiant. » Ceux-ci ont visiblement saisi le message, en venant tous les applaudir de visu ce jeudi matin au centre d’entraînement de Décines.

Car « la mise en lumière » offerte par la sortie au cinéma des Joueuses fait écho à une Coupe d'Europe « légendaire » (dixit Aulas) remportée dimanche contre Wolfsburg (3-1). « C'est probablement le meilleur moment pour sortir ce film, confirme le président de l’OL. Je ne savais pas que l’alignement des planètes permettrait de le présenter à l’issue d’une cinquième Ligue des champions consécutive. » Il faut dire que cette équipe septuple championne d’Europe se débrouille quasiment toujours pour obtenir ledit alignement des planètes.