PSG-OM : « On avait un plan »… Comment l’OM a mis fin à dix ans de malheur au Parc des Princes

FOOTBALL Les Marseillais ne s'étaient plus imposés au Parc des Princes face au PSG depuis le 28 février 2010

Aymeric Le Gall

— 

Les Marseillais fêtent la victoire au Parc des Princes face au PSG.
Les Marseillais fêtent la victoire au Parc des Princes face au PSG. — FRANCK FIFE / AFP

De notre envoyé spécial au Parc des Princes,

Si l’on se fie aux images de liesse qu’on a vues sur la Canebière après la défaite du PSG en finale de Ligue des champions fin août, on n’imagine pas le dawa que ça a dû être à Marseille avec les supporters olympiens après la victoire de l’OM au Parc des Princes dimanche soir. Ils auraient tort de s’en priver d’ailleurs. Hé oui, ça faisait plus de dix ans que le peuple marseillais attendait de rentrer de Paris avec autre chose que des valises de buts sous les bras et un réservoir de point à sec. La malédiction a donc pris fin sur les coups de 23 h  dans le chaos le plus total. Mais ça, les hommes de Villas-Boas s’en cognent royalement, le principal étant d’avoir effacé dix ans d’échec et d’humiliation dans la capitale.

Mieux, le contexte tendu et la nervosité ambiante sur la pelouse ont probablement joué en leur faveur, eux qui prenaient un malin plaisir à rentrer dans le jeu de provoc des Parisiens tout en regardant les minutes s’écouler et la victoire se dessiner. « On avait un plan bien précis et on a été récompensés de tout le travail qu’on a fait ce soir. On a vu qu’ils sont sortis eux de leur match, ça nous a permis de mettre en place ce qu’on avait travaillé », souriait Dimitri Payet après le match au micro de Téléfoot.

L’OM avait un plan

Quel état donc ce plan de jeu ? Valentin Rongier nous en dit plus au sortir du terrain : « On a réussi à faire ce qu’on voulait faire, c’est-à-dire rester en bloc bas. L’an passé on avait pressé haut et ça n’avait pas fonctionné. On a changé notre tactique, ce n’était peut-être pas du très beau football mais le contrat est rempli. » On ne contredira pas l’ancien Nantais. Les Marseillais n’ont pas sorti un match incroyable, à l’image de cette première demi-heure insipide durant laquelle ils auront squatté leur moitié de terrain sans proposer quoi que ce soit offensivement, mais à l’arrivée les voilà victorieux et fiers de l’être.

« C’était quelque chose [la victoire] qui tenait à cœur aux supporters, ce soir c’est que du plaisir. On a fait les efforts tous ensemble, on s’en est très bien sortis. Honnêtement on ne voulait pas rentrer dans le jeu de la provocation. On voulait bien défendre tous ensemble, on n’a pas été assez performants dans les contre-attaques mais on a réussi à marquer ce but sur coup de pied arrêté », s’est félicité l’auteur du but de la victoire.

Villas-Boas, le Qatar et le PSG

Chambré par Thomas Tuchel, qui lui a conseillé après ce match de jouer au loto tant son équipe aurait méritée (selon lui) de l’emporter, André Villas-Boas mesurait la portée de l’exploit réalisé par ses joueurs, évoquant tout simplement « une victoire historique ».

Et comme il n’y a pas de petit profit, le portugais a surfé sur ce résultat positif pour se mettre un peu plus les supporters de l’OM dans la poche en glissant un petit taquet au PSG, club de riche du championnat de France : « Il y a eu dix ans de domination pour le PSG, mais il y a deux phases dans le Classique. Avant et après l’arrivée du Qatar, qui a investi un milliard et demi. Ils veulent gagner la Ligue des champions, mais ils ne l’ont pas encore. Il faut féliciter l’OM. » C’est un peu fourre-tout mais on comprend l’idée. Toujours la même : à jamais les premiers.