OL : « Si des joueurs ne sont pas contents d’être là, il faut qu’ils partent », prévient Juninho

FOOTBALL Le directeur sportif de l’OL a profité de la présentation devant la presse de Tino Kadewere et de Bruno Cheyrou mercredi pour pointer les manques de l’effectif lyonnais, qui pourrait être privé de Coupe d'Europe

Jérémy Laugier

— 

Bruno Cheyrou, Juninho et Jean-Michel Aulas entourent mercredi l'ancien attaquant havrais Tino Kadewere, qui s'était engagé avec l'OL lors du dernier mercato hivernal avant d'être prêté au HAC. JEFF PACHOUD
Bruno Cheyrou, Juninho et Jean-Michel Aulas entourent mercredi l'ancien attaquant havrais Tino Kadewere, qui s'était engagé avec l'OL lors du dernier mercato hivernal avant d'être prêté au HAC. JEFF PACHOUD — AFP
  • Deux jours après sa reprise, l’OL a ouvert ses portes à la presse mercredi et en a profité pour présenter deux recrues, l’attaquant Tino Kadewere et le responsable du recrutement Bruno Cheyrou.
  • Le directeur sportif lyonnais Juninho a aussi donné une tendance en vue du mercato estival : l’OL va chercher à recruter « des leaders ».

Au Parc OL,

Tino Kadewere ignorait sans doute qu’il serait cité en exemple par son directeur sportif dès sa présentation devant la presse. L’ancien attaquant havrais, meilleur buteur de la dernière saison de Ligue 2, a en effet affiché une énorme envie mercredi, dans l’auditorium du Parc OL, de franchir un nouveau palier à Lyon en tant que « joueur d’équipe ». « On sent sa joie d’être là, a immédiatement souligné Juninho au sujet du prometteur joueur zimbabwéen, qui sera qualifié dès cet été pour la finale de la Coupe de la Ligue et le 8e de finale retour de Ligue des champions 2019-2020. C’est ce qu’on a envie de changer chez nous. Si des joueurs ne sont pas contents d’être là, il faut qu’ils partent. »

Un message plus cash que jamais adressé par le boss du secteur sportif à l’OL, déterminé à renouveler un effectif qui ne pointait qu’à la 7e place à l’arrêt de la Ligue 1 (à dix journées de la fin). Malgré la crise économique liée à la pandémie de Covid-19, qui implique « un manque à gagner de 100 millions d’euros pour l’OL » à en croire Jean-Michel Aulas, le président lyonnais a dans la foulée donné le ton du mercato estival. « Qu’on soit en Coupe d’Europe ou pas la saison prochaine, vous verrez qu’on ne va pas être frileux du tout pour les transferts », a-t-il assuré.

« Il y a un manque de leaders dans l’effectif »

Aux côtés de Tino Kadewere, le successeur de Florian Maurice à la tête de la cellule de recrutement de l’OL Bruno Cheyrou a également été présenté mercredi. Deux semaines après son officialisation, nul doute que l’ex-manager général des féminines du PSG a compris le profil de joueurs souhaité par l’OL de « Juni ». La longue tirade devant la presse du Brésilien à ce sujet en était une nouvelle preuve éclatante.

On a un effectif qui a beaucoup de qualités mais on n’a pas réussi à créer l’état d’esprit idéal à mon avis. On a laissé filer des points, surtout à la maison, qui nous ont mis à cette 7e place. Il y a un manque de leaders dans l’effectif et on essaie de trouver des solutions. En arrivant l’an dernier, j’ai rencontré certains joueurs qui n’étaient pas contents d’être là et ça m’a un peu surpris. Il y a très peu de joueurs qui peuvent jouer à un niveau plus élevé que le nôtre. L’état d’esprit va être fondamental cette saison selon moi. »

La succession d’Aouar, Dembélé et Depay dès cet été ?

A quel type de mercato lyonnais doit-on s’attendre pour cet été si particulier, surtout pour la Ligue 1 et son calendrier décalé ? « L’idéal serait peut-être d’aller chercher des joueurs plus tôt que les autres pour pouvoir déjà donner un visage à l’équipe », suggère Juninho.

Et ce encore plus si l’OL venait à perdre trois pièces maîtresses… Juninho n’a pas vraiment nié les risques de voir partir à la fois Houssem Aouar, Moussa Dembélé et Memphis Depay dans les prochaines semaines. « Si on perd des joueurs de ce niveau-là, on va chercher des remplaçants que j’espère être du même niveau. » On souhaite bien du courage au nouveau binôme « Juni »-Cheyrou face à ce possible casse-tête.