Coronavirus: Parti au Brésil, Thiago Silva espère que « la crise ne sera pas aussi violente qu’en Europe »

FOOTBALL Le capitaine du PSG a plié bagages avec femme et enfants mercredi 

N.C.

— 

Thiago Silva est reparti au Brésil en attendant de pouvoir reprendre avec le PSG après l'épidémie de coronavirus.
Thiago Silva est reparti au Brésil en attendant de pouvoir reprendre avec le PSG après l'épidémie de coronavirus. — Greig Cowie/BPI/REX/SIPA

Parti de France mercredi avec femme et enfants, Thiago Silva est désormais en quarantaine dans sa maison de Rio de Janeiro. Le défenseur du PSG, comme Neymar et d’autres Sud-Américains de l’effectif, a préféré vivre cette période incertaine dans son pays, où il espère que l’épidémie sera mieux contenue.

« Le Président Macron s’est inspiré de la situation en Italie pour prendre des mesures de confinement. Mais, même en étant attentif à ce qui se passait dans ce pays voisin, la France n’a pas vraiment réussi à se protéger, a-t-il dit depuis chez lui à la chaîne SporTV, selon des propos traduits par L'Equipe. Au Brésil, on a peut-être encore le temps. »

Un premier mort au Brésil mardi

Sa parole sera-t-elle entendue ? « J’espère que la crise ne sera pas aussi violente qu’en Europe. C’est notre espoir, a-t-il ajouté. J’espère que les gens vont prendre conscience le plus rapidement possible de la gravité de la situation. J’espère que les plages vont se vider. Il ne s’agit pas de vacances scolaires. C’est un moment de réflexion. Il faut rester à la maison en espérant que tout revienne dans l’ordre le plus rapidement possible. »

Un premier mort du Covid-19 a été annoncé mardi au Brésil, où la ville de Sao Paulo et l’Etat de Rio de Janeiro – les deux principaux foyers de contamination – ont déclaré l’état d’urgence, avec une série de mesures visant à endiguer l’expansion de la pandémie.