OL-OM : En « tentant beaucoup plus de choses », Houssem Aouar porte décidément les Lyonnais cette saison

FOOTBALL A 21 ans, le milieu relayeur lyonnais se montre de plus en plus décisif, à l'image de son joli but synonyme de dernier carré en Coupe de France, mercredi contre l'OM (1-0)

Jérémy Laugier

— 

Houssem Aouar célèbre comme il se doit son but de la qualification dans un OL-OM très accroché (1-0). ROMAIN LAFABREGUE
Houssem Aouar célèbre comme il se doit son but de la qualification dans un OL-OM très accroché (1-0). ROMAIN LAFABREGUE — AFP
  • Si l’OL est venu à bout (1-0) de son rival marseillais, mercredi en quarts de finale de la Coupe de France, il le doit en partie au talent d’Houssem Aouar.
  • Le prometteur international espoirs a ainsi inscrit le but décisif de cet « Olympico », à une douzaine de minutes de la fin.

Au Parc OL,

En ce début d’année 2020, Houssem Aouar souhaite-t-il honorer à sa manière Kobe Bryant, ancien roi du money time en NBA ? A seulement 21 ans, le milieu lyonnais est en tout cas dans une période faste au niveau des buts empilés dans des fins de matchs de coupes indécises. La frappe lointaine géniale du 2-1 contre le Losc (85e, avant l’égalisation de Loïc Rémy) ? C’est lui. Le penalty de la victoire transformé sans trembler au bout des arrêts de jeu à Nice (1-2, 90e+3) ? C'est lui aussi. Et cette lourde tentative synonyme de dernier carré en Coupe de France, mercredi face à l’OM (1-0, 81e), c'est évidemment lui.

Ajoutez à cela sa merveille de frappe enroulée ayant contribué à relancer et qualifier l’OL dans le Top 16 de la Ligue des champions, en décembre contre le RB Leipzig (2-2), et vous avez un aperçu du nouveau statut pris par Houssem Aouar au sein de son club formateur. Avec huit buts inscrits, toutes compétitions confondues, l’international espoirs a déjà battu son total des deux saisons précédentes (sept). Clutch Houssem, qui avait déjà offert un succès (1-2) à l’OL dans le temps additionnel à Amiens en L1 en décembre 2017, était donc rayonnant au moment de revenir sur cette qualif' arrachée.

« Ça ne tenait qu’à un fil, de part et d’autre »

« C’était un match très compliqué, avec peu d’espaces, constate-t-il. Ça ne tenait qu’à un fil de part et d’autre, et c’est vrai que j’ai marqué des buts assez importants ces derniers temps. » Celui de mercredi, qu’il a perçu « comme une libération » dans pareil match sous haute tension, pousse Houssem Aouar à se pencher sur son évolution cette saison. « Je tente beaucoup plus de choses donc forcément il y a beaucoup plus de réussite », estime-t-il, tout en soulignant surtout le joli service masqué de Bertrand Traoré sur son but.

C’est pourtant bien à l’adresse d’Houssem Aouar que Juninho a lancé son plus fort compliment sur OLTV : « Houssem est encore décisif sur un gros match. Je rigole avec lui en l'appelant crack et je veux l'aider à enchaîner les matchs comme ça, et pas seulement sur les grands rendez-vous ». Conscient de n’avoir « pas su assez influer sur le jeu de l’équipe », trois jours plus tôt en Ligue 1 au Parc des Princes (4-2), le numéro 8 lyonnais met en avant « la grosse force de caractère du groupe cette saison en coupes ».. 

« Il y a toujours ce côté cérébral en moi »

Au micro de Canal +, dans la première séquence de l’intéressant « Dans la tête d’Houssem » diffusé dimanche, il a montré toute sa passion pour son sport : « Cinq minutes avant le match, je me dis qu’il faut que je percute plus. Ce n’est pas pour se faire plaisir mais pour apporter quelque chose au jeu. Il y a toujours ce côté cérébral en moi. Mais parfois, il faut peut-être mettre le cerveau sur off et foncer plus pour être plus confiant ».

Pour ponctuer sa soirée presque parfaite, Houssem Aouar a été interpellé mercredi par un supporter ayant pu accéder à la zone mixte. « Houssem, ta force c’est d’être lyonnais, mon loulou », a hurlé l’homme, à quelques mètres du joueur, hilare. Sauver ses matchs moyens grâce à des fulgurances dans les dix dernières minutes, ça n’est pas une drôle de force, au fait ?