OL-Benfica : On a retrouvé le véritable Houssem Aouar, enchanteur du jeu lyonnais et totalement « libre » sur le terrain

FOOTBALL Après un début de saison très décevant, le milieu de terrain lyonnais a livré une prestation XXL pour battre le Benfica mardi (3-1)

Jérémy Laugier

— 

Le latéral du Benfica Thomas Tavares a eu toutes les peines du monde à éteindre Houssem Aouar, décisif sur le but de Memphis Depay mardi. JEFF PACHOUD
Le latéral du Benfica Thomas Tavares a eu toutes les peines du monde à éteindre Houssem Aouar, décisif sur le but de Memphis Depay mardi. JEFF PACHOUD — AFP
  • A l’image de tout l’OL, Houssem Aouar a vécu un début de saison entre médiocre et inquiétant, notamment au niveau physique.
  • Désormais positionné par Rudi Garcia sur le côté gauche d’un 4-4-2 offrant « beaucoup de liberté », le milieu lyonnais a été épatant mardi face au Benfica (3-1).
  • L'international espoirs a notamment délivré une sublime passe décisive à Memphis Depay sur le deuxième but de l’OL.

Au Parc OL,

On doit l’avouer, on s’est surpris à douter d’Houssem Aouar en ce début de saison. Il faut dire le si soyeux milieu de terrain lyonnais a connu l’une des périodes les moins fastes de sa jeune carrière. Hormis un récital, comme tout l’OL, face à Angers (6-0 le 16 août), avec à la clé une louche géniale sur l’un des buts de Memphis Depay, l’international espoirs a traversé trop de matchs sans peser dans le jeu. Les errances et la frilosité de Sylvinho ont eu raison de sa créativité, à l’image d’un sommet indigne face au PSG (0-1) le 22 septembre, dans lequel Houssem Aouar a atteint son pic de méforme. Celle-ci était surtout d’ordre physique tant il a semblé retrouver toutes ses jambes pour livrer  une masterclass intégrale, mardi face au Benfica (3-1).

Tout y est passé, entre des récupérations de patron dans l’entrejeu, une remise en aile de pigeon ou un grand pont tout en maîtrise. Le numéro 8 lyonnais a surtout initié l’action du match en débordant Tomas Tavares avec une double accélération fatale. Après avoir semé le latéral portugais, il s’est fendu d’une délicieuse passe fouettée de l’extérieur du pied droit que n’a pas manqué de faire fructifier Memphis Depay (2-0, 33e). Ce coup d’éclat en dit long sur le niveau de jeu retrouvé par Houssem Aouar, qui n’a quasiment jamais baissé de rythme dans un rôle inhabituel d’ailier gauche dans le 4-4-2 de Rudi Garcia.

« Houssem a effectué des retours défensifs incroyables »

« Il a été très bon ce soir, il a été juste dans ses choix et il a aussi travaillé pour l’équipe », a sobrement résumé son entraîneur. Il a donc opté pour un choix qu’avait déjà pu effectuer Bruno Genesio, en profitant de la polyvalence de ce joueur clairement attiré par l’axe. Le voir dans un registre de meneur de jeu excentré au lancement de ses actions sur le côté gauche a évidemment rappelé à ses fans les plus enflammés le Zizou de l’époque Real Madrid. Jeff Reine-Adélaïde, son pendant à droite jusqu’au remplacement de Memphis Depay à la pause, a bien résumé pourquoi ce nouveau système permet à son coéquipier de régaler.

Le coach donne beaucoup de liberté aux quatre joueurs de devant. On peut changer de positionnement comme on veut. Avec Houssem, on a donc la liberté de rentrer dans l’axe. Tant qu’on fait les replis défensifs, ça convient au coach. Et j’ai des images d’Houssem effectuant des retours incroyables. »

Un créateur dévoué à la réussite de ses attaquants

Car oui, on a retrouvé un Houssem Aouar au niveau de ses prestations XXL sur la scène européenne comme face à Everton en 2017 ou Manchester City en 2018. Au micro de RMC Sport, l’intéressé préfère s’arrêter sur les progrès collectifs de son équipe, qui vient d’enchaîner trois succès, une première cette saison. « Dans l’attitude et notamment dans l’esprit collectif, c’était beaucoup mieux ce soir, note-t-il. On sait que nos attaquants sont très prolifiques en ce moment et on essaie de les mettre dans les meilleures conditions. »

A ce niveau, on se doute que Moussa Dembélé et surtout Memphis Depay, avec qui sa connexion technique saute aux yeux, vont profiter du sens de la passe d’Houssem Aouar. « C’est vrai qu’à l’image de l’équipe, j’ai été en réussite ce soir, a-t-il confié à l’UEFA. M’amuser ? Non, je ne pense pas à utiliser ce terme-là. » Les 51.000 spectateurs présents au Parc OL mardi l’ont à coup sûr employé, et en grande partie grâce au retour d’Houssem l’enchanteur.