TFC – OL : Et si Lyon avait (enfin) lancé sa saison avec cette victoire renversante à Toulouse ?

FOOTBALL Une semaine après Metz, l’OL de Rudi Garcia a enchaîné un deuxième succès en Ligue 1, samedi soir à Toulouse

Nicolas Stival, au Stadium de Toulouse

— 

Memphis, auteur d'un doublé, est félicité par Jason Denayer lors du succès de Lyon à Toulouse, le 2 novembre 2019.
Memphis, auteur d'un doublé, est félicité par Jason Denayer lors du succès de Lyon à Toulouse, le 2 novembre 2019. — Rémy Gabalda / AFP
  • Grâce à un gros mental et aux talents de certains joueurs, dont l’inévitable Memphis, l’OL est revenu victorieux de Toulouse, samedi soir.
  • Le Néerlandais a inscrit un doublé, dont le but vainqueur dans les arrêts de jeu.
  • L’optimisme revient avant une semaine marquée par la réception du Benfica Lisbonne mardi en Ligue des champions, puis un déplacement à Marseille dimanche en Ligue 1.

Un Memphis extatique qui part célébrer son but victorieux avec les supporters lyonnais, massés dans le parcage visiteur du Stadium de Toulouse. Voici peut-être ce qui restera comme le symbole de « l’acte fondateur » appelé de ses vœux par Rudi Garcia, au terme de la rocambolesque victoire sur le TFC, samedi soir (2-3).

« Cela fait sept points sur neuf en championnat, calcule rapidement l’entraîneur lyonnais, qui ne prend en compte que son mandat, en omettant la défaite en Ligue des champions à Lisbonne (2-1). Cela va nous permettre de travailler avec un peu plus de sérénité. On est toujours en convalescence mais on est moins crispé. »

La crispation reviendra peut-être si l’OL, remonté à une huitième place provisoire de L1, se troue mardi à domicile lors du match retour de C1 face à,Benfica, puis dimanche à Marseille, lors d’un « Rudico » forcément électrique. Mais en attendant, Lucas Tousart apprécie le « caractère » manifesté à Toulouse par son équipe. « On a su revenir et passer devant au score », observe le milieu.

Reine-Adélaïde, pour vous servir

Revenir deux fois même, grâce à Memphis puis Moussa Dembelé, servi tous deux d’une délicieuse manière par un Jeff Reine-Adélaïde plus que plaisant. Avant que le Néerlandais n’exploite son talent et la passivité de la plus mauvaise défense de L1 (22 buts encaissés en douze matchs) pour offrir une deuxième victoire d’affilée à l’OL dans les arrêts de jeu.

Un embryon de série qui intervient après huit matchs de championnat sans succès. Venu très vite devant les médias après le coup de sifflet final, Juninho retenait surtout le comportement des entrants (Bertrand Traoré, Maxwel Cornet et, dans une moindre mesure, Jean Lucas). « C’est la première fois que je vois des remplaçants faire la différence [cette saison] », salue le directeur sportif brésilien. Pas du luxe, au regard du calendrier touffu de l’OL.

Memphis blessé ?

« Je ne nous trouve pas encore au top sur le plan athlétique. Mais au niveau mental, les joueurs sont allés piocher au bout de leurs ressources. » Les paroles sont de Garcia, qui laisse entendre que l’équipe alignée mardi devrait avoir un grand air de famille avec celle vue au Stadium, même si Memphis notamment, « a l’air touché ».

Pour poursuivre son rêve européen, Lyon aura bien besoin de sa star au top. Mais aussi d’une défense un peu plus rassurante qu’en première mi-temps, et d’un Anthony Lopes plus inspiré que sur le second but toulousain, marqué contre son camp par le gardien portugais.