PSG - Nantes : « On n’a pas été ridicules », entre regrets et satisfactions, les Nantais sont partagés après la défaite au Parc

FOOTBALL Les hommes de Christian Gourcuff n'étaient pas venus au Parc dans l'idée de regarder le PSG dérouler son jeu

Aymeric Le Gall

— 

Nicolas Pallois et les Nantais ont livré une belle prestation face au PSG malgré la défaite.
Nicolas Pallois et les Nantais ont livré une belle prestation face au PSG malgré la défaite. — FRANCK FIFE / AFP

De notre envoyé spécial au Parc des Princes,

Christian Gourcuff est un homme de principes. PSG ou pas PSG, plutôt crever que de venir au Parc des Princes pour garer le bus devant ses cages en attendant que justice se fasse. Il a déjà transigé sur son fameux 4-4-2 en arrivant à Nantes, faut pas trop lui en demander non plus. Alors, fidèle à sa philosophie, le Breton est venu affronter le leader de Ligue 1 avec la ferme volonté de le regarder dans le blanc des yeux.

Le résultat final traduit d’ailleurs assez mal ce qu’on a pu voir de son équipe mercredi soir. Après un premier quart d’heure à faire le dos rond, les Nantais ont montré un beau visage et prouvent que leur très belle première moitié de saison ne doit rien au hasard. Car si le PSG n’a pas fait grand-chose pour leur barrer la route, les Canaris auraient quand même mérité mieux que cette défaite 2-0.

♪ Oh des regrets, des regrets, des regrets ♫

Partant de là, rien d’incroyable à les voir quitter la Porte d’Auteuil avec un drôle de goût dans la bouche. « On peut avoir des regrets, admet Denis Appiah en zone mixte. On aurait mérité de revenir dans le match avec toutes les occasions qu’on a eu. On a essayé de proposer du jeu et d’aller vers l’avant, on n’a pas été ridicules. »

Quelques mètres plus loin, Moutoussamy valide cette sensation : « C’est dommage parce qu’il y avait la place. On sentait que parfois ils étaient déséquilibrés et on a essayé d’en profiter, même si on n’est pas parvenus à concrétiser ça au score. Mais il y a des choses à garder pour le futur et on sait qu’on peut se baser sur ça pour les prochains matchs. »

« On est frustrés car on n’était pas venus là pour ça, regrettait de son côté Christian Gourcuff. Je pense qu’on aurait pu revenir mais le deuxième but, un peu gag, est venu clore les débats ». C’est vrai que sans cette boulette de Nicolas Pallois, auteur d’une pseudo-tête en cloche mal maîtrisée en retrait pour son gardien, Nantes avait de quoi revenir dans le match. « Je ne savais pas trop quoi faire avec le ballon », sourit le défenseur, lui aussi globalement satisfait par le visage affiché par son équipe : « On va retenir l’état d’esprit qui était très bon. On était présents dans les duels, on ne les a pas regardés jouer. »

Navas fait barrage

A leur décharge, il n’y a pas que la cagade de Pallois qui explique cette défaite des Nantais. En face, comme souvent depuis le début de la saison, il y avait un monstre nommé Navas. S’il n’a pas eu autant de boulot que lors des journées porte ouverte à Madrid quelques-unes semaine plus tôt, le Costaricain a tout de même sorti quelques parades de grande classe.

« On ne va pas dire que c’est notre meilleur match parce qu’à l’arrivée on le perd, se marrait finalement Denis Appiah. Mais c’est vrai qu’on n’a pas à rougir, on a essayé de jouer notre jeu et montrer de quoi on était capables. On doit s’appuyer là-dessus pour la suite. » La suite, c’est la réception de Dijon dimanche après-midi à la Beaujoire. Sans Keylor Navas, promis.