PSG-Nantes : Mbappé et Neymar brisent la grève des Parisiens et offrent une victoire sans éclat

FOOTBALL Le PSG s'est imposé sans vraiment convaincre grâce à des buts du duo Mbappé-Neymar

Aymeric Le Gall

— 

Neymar a fait le break pour le PSG mercredi soir contre Nantes.
Neymar a fait le break pour le PSG mercredi soir contre Nantes. — Bertrand GUAY / AFP

Au Parc des Princes,

Avec l’OM qui lui colle de plus en plus au train, le PSG se devait de l’emporter à la maison à l’occasion de la réception du FC Nantes mercredi soir. Mission accomplie sans briller avec des buts de Neymar et Mbappé, alignés pour la première fois de la saison d’entrée de jeu.

Tuchel touche sa paire de rois. Pour la première fois de la saison, Tuchel a enfin pu aligner Neymar et Mbappé ensemble au coup d’envoi. Avec Di Maria à leurs côtés, on allait voir ce qu’on allait voir. Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’on a vu. Ou plutôt qu’on n’a rien vu. La faute en grande partie au numéro 10 brésilien qui gardait le ballon quand il fallait le donner et qui le passait quand il fallait le garder. Deux grosses occases croquées par le Ney alors que Di Maria attendait sagement les offrandes, voilà à peu près tout ce qu’a offert le PSG en première période, le but de l’ancien Barcelonais étant annulé par le VAR en toute fin de premier round.

Une rouste et une Madjer. On ne le répétera jamais assez, mais rien ne vaut une bonne soufflante pour remettre les idées en place. Alors que les Parisiens semblaient avoir déposé leur préavis de grève en début de soirée, ils ont fini par se réveiller au retour des vestiaires, probablement secoué par leur coach. En cinq minutes à peine, Paris montrait plus (et mieux) que durant toute une mi-temps. A l’arrivée, après un super mouvement en une touche initié par Neymar, Di Maria sert délicieusement Mbappé qui conclut d’une Madjer au chocolat.

Neymar (encore) sifflé malgré son but. Face à des Parisiens qui semblent choisir leurs matchs à la carte, les Canaris auraient pu espérer mieux mercredi soir, mais Keylor Navas, encore une fois décisif, et Pallois, coupable d’une remise de la tête ridicule menant à la faute de Lafont sur Icardi, en ont décidé autrement. Le pied de Neymar n’a pas tremblé au moment de faire le break. Ce qui n’a pas empêché le Virage Auteuil de continuer à le siffler à sa sortie, comme il le fait depuis le début de la saison. Ça en devient ridicule.