Racisme : Les explications choquantes du chef des ultras du Hellas Vérone après les cris de singe contre Balotelli

FOOTBALL Luca Castellini a même qualifié ces actes de « folklore »

M.D

— 

Mario Balotelli a encore été victime de cris racistes face au Hellas Vérone.
Mario Balotelli a encore été victime de cris racistes face au Hellas Vérone. — Marco Bertorello

Une idée du folklore différente de l’autre côté des Alpes. Le chef des ultras du Hellas Vérone, Luca Castellini, a livré lundi des explications plus que douteuses après les cris racistes lancés par des membres de son virage à Mario Balotelli lors du déplacement de Brescia dans la cité de Roméo et Juliette.

Après l'entraîneur et le président du Hellas, visiblement sourds, c’est au tour du chef des supporters du Hellas de prétendre au micro de la radio vénitienne Radio Cafè qu’aucun acte raciste n’a été commis durant la rencontre. Seulement quelques personnes sont en cause selon lui : « Ces cris sont ceux de quatre personnes qui n’ont été entendus que par ceux qui ont réalisé la vidéo. Balotelli les a entendus dans sa tête. » Voilà le témoignage de Luca Castellini après visionnage des images prouvant ces nouveaux débordements racistes, avant de se justifier…

« C’est du folklore »

« Nous avons une culture identitaire d’un certain type, affirme-t-il. Nous sommes partisans de provocations qui prennent le joueur visé par les c…, celui qui a les cheveux longs, celui qui est chauve, le joueur du Sud, le joueur de couleur mais on ne le fait pas avec un instinct politique ou raciste. C’est du folklore, ça s’arrête là. Quand Balotelli a lancé le ballon, l’arbitre ne savait même pas pourquoi. Vous verrez que la tribune de Vérone ne sera pas sanctionnée. »

Et pour finir de s’enfoncer, Castellini a sorti la parfaite excuse de son « ami noir » pour insulter un petit peu plus encore l’ex-attaquant niçois : « Balotelli est italien parce qu’il a la citoyenneté italienne, mais il ne pourra jamais être complètement Italien, a-t-il poursuivi. Nous avons aussi un noir dans l’équipe, qui a marqué hier, et tout le public a tapé dans les mains. » Voilà voilà…

Une réaction est désormais attendue de la part de la fédération italienne, alors que les sanctions pour racisme depuis quelques saisons ne se bousculent pas dans les clubs de Serie A.