Benfica-OL : « Il nous a tellement sauvés »… Tout Lyon au soutien d’Anthony Lopes après la pire gaffe de sa carrière

FOOTBALL Pour son retour au Portugal, Anthony Lopes a complètement manqué une relance à la main, mercredi soir, qui a entraîné la défaite de l’OL contre le Benfica (2-1)

Jérémy Laugier

— 

Le regard perdu, Anthony Lopes sait qu'il a pénalisé son équipe lors de la défaite du Benfica  (2-1). CARLOS COSTA / AFP)
Le regard perdu, Anthony Lopes sait qu'il a pénalisé son équipe lors de la défaite du Benfica (2-1). CARLOS COSTA / AFP) — AFP
  • Au terme d’une rencontre le plus souvent poussive, le Benfica est parvenu à se relancer en Ligue des champions en battant l’OL (2-1) mercredi.
  • Le but de la victoire, inscrit à cinq minutes de la fin, a été l’œuvre de Pizzi, qui a profité d’une relance à haut risque d’Anthony Lopes.
  • S’il n’a pas souhaité réagir mercredi, le gardien lyonnais a été vivement soutenu par Thiago Mendes et Léo Dubois.

De notre envoyé spécial au stade de la Luz à Lisbonne,

Une ouverture anodine en profondeur. Une sortie sereine au coin de sa surface pour se saisir du ballon devant Raúl de Tomás, avec l’aide de Jason Denayer. Anthony Lopes était en plein dans sa routine de gardien de haut niveau lorsqu’il a failli comme très rarement avec son club de toujours. On jouait mercredi la 86e minute de ce Benfica-OL alors aussi brouillon qu’indécis (1-1) lorsque Anthony Lopes, qui venait d’être sauvé par son poteau, a commis une double faute incompréhensible.

A savoir une relance à la main plein axe, mais en plus à destination d’un Thiago Mendes à l’arrêt aux 40 mètres et pressé par un Pizzi ayant flairé le cadeau. Une reprise instantanée et bien dosée plus tard de la part du milieu du Benfica et on retrouve le Lyonnais le plus régulier depuis six ans accroupi et effondré dans sa surface. Deux questions nous sont immédiatement venues à l’esprit au coup de sifflet final, alors que plusieurs de ses coéquipiers se sont précipités sur lui afin de tenter de le réconforter :

  • Anthony Lopes a-t-il déjà effectué une telle bourde depuis ses débuts, en avril 2013, sous le maillot lyonnais ?
  • Le contexte de son retour dans son pays d’origine, le Portugal, ainsi que son rôle inhabituel de capitaine, ont-ils été déterminants dans cet épilogue de soirée européenne cauchemardesque ?

Quelques sorties approximatives mais jamais une telle gaffe

Sur le premier point, Opta nous apprend déjà que son fail de la soirée est la première erreur entraînant directement un but contre l’OL en Ligue des champions depuis Anthony Réveillère en 2011 (et non, il ne s’agit pas de son rôle sur le but post- passements de jambes – « sur le beat il flambe »- de Mancini).

En vrac, on retrouve quelques sorties mal senties entraînant penalty (sur Mbappé en octobre 2018 au Parc des Princes) voire but (en mai 2017 contre l’OGC Nice et son ex-attaquant Anastasios Donis en 2017, à 1'10'' sur la vidéo). Mais on est clairement loin du potentiel de gaffe et de retentissement médiatique que déclenche cette douloureuse soirée à Lisbonne.

« Seulement une péripétie et un mauvais souvenir ? »

On en arrive donc à la dimension affective forte qui a pu accompagner depuis mardi son deuxième match en carrière disputé sur le sol portugais avec l’OL (après une rencontre au Vitoria Guimaraes en Ligue Europa en décembre 2013). Le port du brassard mercredi et l’envie de briller dans un stade portugais majeur, en plein flou sur son avenir avec la Seleção, étaient lourds en symbolique. Trop pour un match de Ligue des champions ? Sans surprise, l’intéressé a tracé mercredi sans s’arrêter devant les médias, le visage marqué.

Son entraîneur Grégory Coupet l’avait alors déjà soutenu via Twitter. « Toute l’équipe des gardiens va faire corps afin que ce ne soit qu’une péripétie et un mauvais souvenir », indique le septuple champion de France. Protagoniste majeur sur ce coup du sort, Thiago Mendes est (une fois n’est pas coutume) le seul Lyonnais à s’être arrêté en zone mixte après la défaite. Il a tenu à monter au créneau en portugais pour défendre son coéquipier devant la presse.

Pour le moment, on n’a pas grand-chose à dire à Anthony. On sait qu’il est abattu. Il a le droit de faire des erreurs après avoir sauvé l’équipe de nombreuses fois. Tout le monde est avec lui. »

« On est évidemment avec notre gardien de but »

« On perd sur une erreur individuelle, ça arrive, c’est le football, résumait Rudi Garcia, qui a pris soin ensuite d’éviter de faire culpabiliser son capitaine du soir. On est évidemment avec notre gardien de but, ça peut arriver de faire ce genre d’erreurs. » Déjà plombé par une erreur de relance comparable de Steve Mandanda en finale de Ligue Europa 2018 au Parc OL (0-3 contre l’Atlético), l’entraîneur lyonnais n’est quand même pas verni de concéder une nouvelle défaite en Ligue des champions sur la pire gaffe en carrière d’un gardien si souvent décisif en faveur de son club.

« On ne peut pas en vouloir à Anthony, résume Léo Dubois au micro de RMC Sport. Il nous a tellement portés et sauvés. » Mais l’anomalie de cette rencontre est totale : Anthony Lopes est passé au travers dans l’un des rares matchs où il n’a par ailleurs pas réussi la moindre parade majeure. Il y a des soirs comme ça.