Amiens-Bordeaux: Pourquoi Youssef Aït-Bennasser est-il tant attendu aux Girondins ?

FOOTBALL La dernière recrue du club pourrait jouer ses premières minutes sous le maillot bordelais en Picardie ce mercredi (19h)

Clément Carpentier

— 

Youssef Aït-Bennasser est heureux de rejoindre les Girondins.
Youssef Aït-Bennasser est heureux de rejoindre les Girondins. — Ulrik Pedersen/Cal Sport Media/S/SIPA
  • Les Girondins se déplacent à Amiens à l’occasion de la 7e journée de Ligue 1.
  • Pour la première fois de la saison, Youssef Aït-Bennasser est dans le groupe.
  • Arrivé de Monaco cet été, le talentueux milieu de terrain est très attendu à Bordeaux.

Il ne devrait pas commencer la rencontre. Mais sa simple présence sur le banc de touche devrait rassurer Paulo Sousa. Et peut-être même lui donner le sourire. Youssef Aït-Bennasser pourrait enfin faire ses débuts avec les Girondins de Bordeaux à Amiens, ce mercredi (19h). Il est pour la première fois de la saison dans le groupe.

Dernière recrue de l’été après d’interminables négociations avec l’AS Monaco, le Marocain soignait depuis une petite blessure (tendinite au genou) : « J’ai doublé les entraînements la semaine dernière pour revenir le plus vite possible. Je suis à 80 % aujourd’hui », précisait-il lors de sa présentation lundi. Une très bonne nouvelle pour le club. Alors pourquoi le milieu de terrain est-il tant attendu ?

  • Parce que c’est l’homme de Paulo Sousa

Si l’entraîneur bordelais ne s’est pas montré satisfait du mercato du club, il a tout de même bien obtenu sa priorité absolue au milieu de terrain avec Youssef Aït-Bennasser. « Paulo Sousa s’intéresse à lui depuis longtemps. Quand il était coach de la Fiorentina, il le voulait déjà. Dès le mois de juin, il nous a dit qu’il était son choix numéro 1 », explique Nikola Dermanovic, son agent. Le joueur, qui marche beaucoup à l’affect, a donc rapidement donné sa préférence à Bordeaux.

Malgré des discussions qui n’en finissaient plus avec l’ASM et de multiples sollicitations (Toulouse, Rennes, PAOK Salonique, Olympiakos ou encore des clubs espagnols et anglais), Aït-Bennasser n’a pas changé d’avis : « Il fallait être patient mais j’ai beaucoup eu Paulo Sousa au téléphone qui me rassurait. Maintenant à moi de faire en sorte de lui renvoyer l’ascenseur ! » Prêté avec une option d’achat obligatoire (au bout de 15 matchs joués), il devrait s’engager ensuite définitivement pour trois ans.

  • Parce qu’il est le chaînon manquant de l’équipe

Si pour Eduardo Macia l’international marocain de 23 ans « est un gros bosseur, un batailleur et un joueur avec de la personnalité », Youssef Aït-Bennasser est avant tout connu pour sa finesse technique et son excellente vision du jeu. « Le coach attend de moi que je percute, que je joue vers l’avant », affirme-t-il. Une chose que ses concurrents (Tchouaméni, Adli, Basic ou Lottin) n’ont que rarement réussi à faire cette saison.

« Son meilleur poste reste 8 (relayeur) et je pense que le système de jeu de Paulo Sousa à deux milieux avec Otavio, un joueur plus défensif, est parfait pour lui. Il doit casser les lignes et ça tombe bien sa qualité première, c’est sa passe », rappelle Nikola Dermanovic. Si les Girondins ne perdent plus depuis cinq matchs, l’ancien monégasque doit maintenant les faire passer dans une autre dimension.

  • Parce qu’il doit être un des hommes forts du projet

Attendu par son entraîneur et les supporters, Youssef Aït-Bennasser l’est également par ses dirigeants. Jeune et talentueux, il fait partie de ces profils à fort potentiel recherchés par les nouveaux propriétaires avec l’espoir de faire une forte plus value à la revente dans deux ou trois ans. L’option d’achat de 4 millions d’euros représente d’ailleurs une somme importante pour GACP et King Street.

Après plusieurs prêts (Nancy, Caen et Saint-Etienne), le milieu de terrain lui souhaite enfin « se poser » pour confirmer toutes les promesses placées en lui : « Je pense que Bordeaux est le club qu’il me faut aujourd’hui. L’objectif est de rester ici le plus longtemps possible. »