OL: «J’ai une confiance éperdue dans Juninho»… Jean-Michel Aulas va «prendre du recul» sur le plan sportif

FOOTBALL Officiellement annoncé par Jean-Michel Aulas dans ses fonctions de directeur sportif, samedi après OL-Caen (4-0), Juninho a déjà eu un rôle clé dans le choix de Sylvinho comme coach

Au Parc OL, Jérémy Laugier

— 

En mai 2009, Jean-Michel Aulas avait organisé une conférence de presse pour le départ de Juninho. Dix ans plus tard, le Brésilien est de retour à Lyon comme directeur sportif.
En mai 2009, Jean-Michel Aulas avait organisé une conférence de presse pour le départ de Juninho. Dix ans plus tard, le Brésilien est de retour à Lyon comme directeur sportif. — PHILIPPE MERLE / AFP
  • L’OL s’est assuré de finir sur le podium de la Ligue 1, samedi à Décines, en écrasant Caen en deuxième période (4-0).
  • Jean-Michel Aulas en a profité pour confirmer son virage « samba » avec le retour de Juninho à Lyon comme directeur sportif et l’arrivée de Sylvinho comme entraîneur principal.
  • Cette nouvelle ère brésilienne annonce une mise en retrait de Jean-Michel Aulas au niveau du secteur sportif.

On jouait la 69e minute d'OL-Caen (4-0) samedi lorsqu’un coup franc obtenu par les Lyonnais à 25 mètres des buts de Brice Samba a déclenché un vent de folie dans le virage nord. Le fameux chant à la gloire de « Juni » («  Juninho lalalalala, Pernambucano lalalalala ») est revenu de temps en temps dans les travées de Gerland puis du Parc OL depuis le départ de la star brésilienne en 2009. Mais là, ce chant avait clairement une saveur spéciale pour les supporters. Cette impression de toucher au but, d’enfin voir revenir pour de bon à Lyon leur idole, après dix années passées au Qatar, puis entre le Brésil et les Etats-Unis.

Bon, il n’y a pas eu de miracle sur le coup, la frappe de Maxwel Cornet, pourtant très bon contre Caen (un but et deux passes décisives), a fusé cinq bons mètres à côté du but normand. Juninho ne pourra plus à lui seul régler le déchet de son club sur coups de pied arrêtés comme durant le règne lyonnais en Ligue 1, de 2002 à 2008. Mais sa nomination comme directeur sportif, dans l’air depuis plusieurs jours, a été officialisée par Jean-Michel Aulas après la rencontre.

Un JMA « triplement heureux » samedi

S’estimant « triplement heureux » après le podium assuré en Ligue 1, la sixième Ligue des champions obtenue par les Lyonnaises contre le Barça (4-1) mais aussi le maintien in extremis de l’équipe réserve masculine en National 2, celui-ci s’est d’abord fendu d’un « coup de chapeau » à Bruno Genesio. « Je m’en veux de ne pas avoir réussi à résister mais j’ai fait le maximum concernant Bruno », indique ainsi JMA, qui vient de se lancer pleinement dans une nouvelle ère brésilienne, avec aussi Sylvinho comme coach.

« Juni », qui a passé son diplôme de manager de l’UEFA, va, d’après son président, avoir « la quasi-totalité des responsabilités sportives ». « Cela va me faire un peu de bien, il faut le concéder, sourit-il. Vous m’aviez expliqué que c’était bien de prendre un peu de recul. Comme j’ai une confiance éperdue dans ''Juni'', je pense que ça valait le coup d’imaginer nommer des gens compétents et qui réussissent. »

« On a l’ambition de garder nos meilleurs joueurs, je l’ai promis à ''Juni'' »

Après une saison où il s’est montré plus omniprésent que jamais sur le plan médiatique et dans la vie du groupe, Jean-Michel Aulas (70 ans) s’est donc (a priori) décidé à prendre du recul comme jamais. Ce projet « très complexe à réaliser » avec le duo Juninho-Sylvinho porte déjà deux caractéristiques majeures voire inédites : le retour d’un directeur sportif dans l’organigramme du club (le premier depuis Bernard Lacombe) et surtout un entraîneur étranger et non choisi par JMA, de son propre aveu, et ce pour la première fois en 32 ans de présidence. « On va donner des moyens à ces garçons, annonce le dirigeant lyonnais. On ne laissera partir qu’un ou au maximum deux joueurs [dont probablement Tanguy Ndombele], précise-t-il. On n’est pas obligés de vendre et on a l’ambition de garder nos meilleurs joueurs, je l’ai promis à ''Juni''. »

Les déclarations d’amour n’ont pas fini de fuser en direction de l’ancien milieu de terrain de la Seleção, à l’image d’un tweet posté samedi soir par Houssem Aouar, nouveau numéro 8 de l’OL. « Il a apporté un bonheur fou à tous les gens qui sont ici et je suis encore plus heureux qu’eux qu’il ait accepté ma proposition », confie Jean-Michel Aulas. Le come-back de Juninho a tellement apaisé le contexte lyonnais que même le nom de Bruno Genesio a été chaleureusement applaudi lors de la présentation des équipes, pour sa dernière au Parc OL.