Au téléphone au volant, David Beckham se fait sucrer son permis pour les six prochains mois

FOOTBALL Ce sera un peu plus qu'une simple prune pour le «Spice Boy» récidiviste

M.D. avec AFP

— 

David Beckham n'en est pas à son coup d'essai.
David Beckham n'en est pas à son coup d'essai. — Beretta/Sims/REX/SIPA

David Beckham a été condamné jeudi par un tribunal londonien à une suspension de six mois de son permis de conduire pour avoir utilisé son téléphone portable au volant.

L’ancien capitaine de l’équipe d’Angleterre, 44 ans, avait reconnu les faits qui s’étaient produits en novembre et ont été dénoncés par un témoin, au cours de sa comparution au mois de mars.

Pas sa première sortie de route

En janvier déjà, Beckham avait été poursuivi pour excès de vitesse après avoir dépassé les 90 km/h dans une zone limitée à 65km/h à l’ouest de Londres. Là aussi il avait reconnu les faits mais avait évité une condamnation grâce à une erreur de procédure, le courrier notifiant l’excès de vitesse étant arrivé un jour après la date limite.

En 1999, son avocat, Me Freeman, avait également aidé David Beckham à annuler une interdiction de conduire de huit mois après avoir affirmé que le footballeur tentait d’échapper à un paparazzi. Aujourd’hui, le flash lui coûte un peu plus cher.