OL-Barcelone: «Nous sommes prévenus»… Le Barça refuse de revivre le cauchemar de Rome

FOOTBALL Le Barça, qui court après la Ligue des champions depuis 2015, prend l'OL très au sérieux avant le 8e de finale aller, mardi (21 heures) à Décines

Jérémy Laugier

— 

Piégé par l'AS Roma à la surprise générale la saison passée en quarts, le Barça se méfie de l'OL de Marcelo, vainqueur à Manchester City en phase de poules.
Piégé par l'AS Roma à la surprise générale la saison passée en quarts, le Barça se méfie de l'OL de Marcelo, vainqueur à Manchester City en phase de poules. — MaffiaUK Sports Pics/SIPA - Ryan BrowneBPIREXShutterstock/SIPA
  • Les performances de l’OL dans les grands rendez-vous cette saison, face à Manchester City et le PSG, n’ont pas échappé au Barça.
  • Sergio Busquets et Ernesto Valverde sont revenus ce lundi sur l’élimination « extrêmement douloureuse », la saison passée à Rome.
  • « Prévenus » du danger lyonnais avant le 8e de finale aller de mardi (21 heures) au Parc OL, les Catalans ambitionnent de reconquérir le sacre européen.

Le Barça peut-il vraiment « passer un mauvais moment » pour sa première au Parc OL mardi (21 heures) ? Cette formule alarmiste de Gérard Piqué, lâchée samedi au terme du poussif succès en Liga contre Valladolid (1-0), ne tombe pas du ciel. Lancés vers un nouveau sacre en Liga (7 points d’avance sur l’Atlético de Madrid), les Catalans ne règnent plus en Ligue des champions depuis quatre ans. Pire, le Barça s’est habitué à de nets revers loin du Camp Nou, comme à l’Atlético (2-0) en 2016, à Paris (4-0, certes sans élimination) et à Turin (3-0) en 2017, ou encore à Rome (3-0, après un succès 4-1 à l’aller au Camp Nou) lors d’un immense couac la saison passée dès les quarts de finale.

« La manière dont nous avons été éliminés l’an dernier a été extrêmement douloureuse, admet l’emblématique milieu défensif Sergio Busquets. Pour ne pas répéter ce qu’il s’est passé, cela dépend de nous. Il ne faut pas tomber dans l’obsession de la Ligue des champions. » Un traumatisme « Manolas » peut-il encore trotter dans les têtes catalanes avec l’arrivée des phases éliminatoires ? « Ça fait longtemps qu’on ne parle plus de ce match, assure Ernesto Valverde. Ça ne sert à rien de se flageller avec ça. Mais à nous de faire preuve de vigilance ici. »

« C’est une équipe qu’on peut craindre »

Sergio Busquets s’est d’ailleurs montré méfiant, ce lundi, à la veille du 8e de finale aller à Décines : « On a beaucoup de respect pour l’OL. Les joueurs offensifs peuvent créer des déséquilibres et nous devons les empêcher de jouer. Ils ont obtenu de grands résultats contre le PSG et Manchester City. Nous sommes prévenus et on espère que cela ne va pas se reproduire cette fois ». Dans un climat apaisé, avec un Ernesto Valverde prolongé vendredi jusqu’en 2020, ce Barça semble sûr de sa force. Pourtant, il sait que sa vraie saison commence mardi, avec son objectif majeur en ligne de mire : reconquérir l’Europe. L’OL, qui plus est privé de Nabil Fekir à l’aller, peut-il vraiment l’en empêcher ?

« C’est une équipe qu’on peut craindre, elle attaque beaucoup et elle va nous mettre la pression », prévient le coach catalan, qui a notamment cité Ferland Mendy et Memphis Depay parmi les principaux atouts lyonnais. Triple vainqueur de la Ligue des champions (2009, 2011 et 2015), Sergio Busquets exhorte ses coéquipiers : « Il faut être plus solides et il faut savoir souffrir ». La formule pourrait parfaitement s’appliquer à l’OL de Bruno Genesio dès mardi.