OGC Nice: Une page se tourne au Gym, mais que retenir de l'ère Jean-Pierre Rivère?

FOOTBALL Sept années entre recrutement de Ben Arfa et qualification en Ligue Europa…

M.Fr.

— 

Le président de Nice Jean-Pierre Rivère avant un match entre Nice et Bordeaux le 3 novembre 2013.
Le président de Nice Jean-Pierre Rivère avant un match entre Nice et Bordeaux le 3 novembre 2013. — BEBERT BRUNO/SIPA

Il n’est pas encore parti, mais son remplaçant est déjà dans l’air du temps. Trois jours après que Jean-Pierre Rivière a annoncé qu’il allait quitter le club lors d’une conférence de presse exceptionnelle, les rumeurs vont bon train sur le nom de son successeur. La plus sérieuse, évoquée par plusieurs médias :  Gauthier Ganaye. Mais que retient-on de l’ère Jean-Pierre Rivère, après sept années et demie de présidence ?

Les secondes chances de Ben Arfa et Balotelli.

C’est peut-être la plus grande victoire de Jean-Pierre Rivère. A deux reprises, en 2015 et 2016, le président de l’OGC Nice a recruté des joueurs dans le creux de la vague. Pari gagnant pour le club :  Hatem Ben Arfa et Mario Balotelli ont effectué leur plus belle saison, sous le maillot du Gym, inscrivant respectivement 17 et 33 buts.

Des entraîneurs de marque.

Claude Puel, Lucien Favre et le champion du monde 1998 Patrick Vieira. Depuis sept ans, le Gym se paie des coachs de rang international. Ils peuvent d’ailleurs évoluer dans un centre d’entraînement flambant neuf, inauguré en 2017.

Le retour en Europe.

Des éléments qui ont permis au club d’élever son rang. En 2013 et 2016, le club a fini 4e. Et même 3e en 2017. Des places ouvrant la voie à la Ligue Europa. Et qui ont permis d’entendre l’hymne de la Ligue des champions à l’ Allianz Riviera, le temps d'un tour préliminaire victorieux contre Amsterdam, puis d'un barrage perdu contre Naples.