Coupe de France: Pourquoi Mickaël Landreau pioche dans le centre de formation du FC Lorient

FOOTBALL L'entraîneur des Merlus devra faire sans plusieurs cadres, blessés, ou retenus en sélection. Lorient affronte Saint-Malo dimanche...

Camille Allain

— 

Le coach du FC Lorient Mickaël Landreau, ici lors d'un match de coupe face à Caen en 2017.
Le coach du FC Lorient Mickaël Landreau, ici lors d'un match de coupe face à Caen en 2017. — R. Gabalda / AFP
  • Le FC Lorient se déplace à Saint-Malo (Nationale 2) dimanche pour le 7e tour de la Coupe de France.
  • L’actuel 3e de Ligue 2 va devoir faire tourner son effectif en raison des absences.
  • Un exercice qui n’effraie pas Mickaël Landreau. Le coach souhaite s’appuyer sur le centre de formation pour faire remonter Lorient en Ligue 1.

Troisième de Ligue 2, le FC Lorient sera privé de plusieurs internationaux dimanche pour son entrée en Coupe de France à l’occasion du 7e tour. « Un problème de riche », pense-t-on sans doute du côté Saint-Malo (Ille-et-Vilaine), qui recevra les Merlus à Marville (dimanche à 16h30). « C’est la magie du premier tour », lance le coach Mickaël Landreau.

Privé de ses deux gardiens Illan Meslier et Danijel Petkovic, retenus en sélection, et de quelques blessés, l’entraîneur va devoir faire tourner son effectif. « Pour le groupe, c’est un moment important. On peut offrir du temps de jeu, donner de la confiance », insiste l’ancien gardien.

Un minot chasse l’ancien

Pour garder les cages face à Saint-Malo, pensionnaire de Nationale 2, Mickaël Landreau a fait appel à son habituel numéro 3 Maxime Pattier. « Il le mérite. Il est avec nous depuis le début dans le projet », poursuit son entraîneur. Ce « projet », Mickaël Landreau n’y déroge jamais. Pour sa deuxième saison à la tête des Merlus, l’ancien Tricolore veut s’appuyer sur le centre de formation du club, en faire un vivier de talents « pour pérenniser le club au plus haut niveau ».

Sous la houlette de Christian Gourcuff, Lorient a révélé beaucoup de joueurs, mais peu issus de l’école morbihannaise. Un joueur illustre parfaitement ce renouveau. Illan Meslier, 18 ans, a été propulsé gardien numéro un devant l’expérimenté monténégrin Petkovic. « Ce n’est pas un hasard. Je l’ai intégré le premier jour où je suis arrivé au club. Je ne l’ai pas sorti de mon chapeau », répond son coach.

Après un mercato avec 14 départs et huit arrivées, le président Loïc Fery avait tenu le même discours. « Ce resserrement laisse de la place pour l’émergence des jeunes », avait-il déclaré. A Lorient, l’objectif d’une remontée en Ligue 1 est clairement affiché. Mais les coiffeurs ne comptent pas brader les coupes pour autant.