Poker menteur: «L'OM l'a raté pour 1,5 million d'euros», le président niçois livre sa version de l'affaire Balotelli

FOOTBALL Jean-Pierre Rivère rejette la faute de l'échec du transfert de Balotelli sur l'OM...

A.L.G.

— 

Le président de Nice Jean-Pierre Rivère.
Le président de Nice Jean-Pierre Rivère. — NSJsport/Shutterstock/SIPA

Après le tweet assassin de Nice à l’encontre de l’OM qui, après avoir annoncé que Balotelli restait au Gym, a balancé un complément d’information en évoquant une affaire « rendue quelque peu compliquée au début de l’été par un autre club du Sud de la France », le président azuréen a donné plus de détails dans L'Equipe de mardi.

« Il avait un bon de sortie, à certaines conditions, entre 4 et 5 millions d’euros. C’était le prix. L’OM a proposé entre zéro et 2,5 millions, mais jamais plus, a déclaré Jean-Pierre Rivère. On a eu une première offre pour Mario à zéro euro mais, en contrepartie, l'OM s’engageait à nous vendre Rémy Cabella pour 5 millions. On a également une proposition d’achat de Mario à 2,5 millions avec, dans le même temps, une offre de vente de Cabella à 2,5 millions. Ça tournait toujours autour des mêmes propositions. Nice n’était pas intéressé par ces conditions. Et puis on est restés sans nouvelle pendant longtemps. »

Rivère remercie Raiola

« Mario était soi-disant la priorité absolue mais l’OM l’a raté pour 1,5 million d’euros », a conclu le boss de L'OGCN​, avant de lancer des fleurs à l’agent du joueur qui, selon différentes versions, se serait montré très gourmand dans ce dossier et aurait fini par agacer les dirigeants de l’OM : « Je tiens absolument à remercier Mino Raiola, qui a été dans cette histoire d’une extrême correction avec Nice. Beaucoup de choses ont été dites sur lui dans ce feuilleton, mais il a été exemplaire avec nous. »

Déjà très tendues, les relations entre Nice et Marseille risque bien de devenir exécrable cette saison. Pour info, le premier match entre les deux équipes aura lieu à l’Allianz Riviera de Nice, le 10 octobre prochain. On ne sait pas vous, mais nous on a déjà hâte d’y être