Girondins de Bordeaux: Comment Gustavo Poyet a séduit son monde en six mois?

FOOTBALL Arrivé en janvier, l’entraîneur uruguayen a su relancer un club complètement à la dérive…

Clément Carpentier

— 

Gustavo Poyet a réussi son pari avec les Girondins de Bordeaux.
Gustavo Poyet a réussi son pari avec les Girondins de Bordeaux. — Nicolas Tucat / AFP
  • Les observateurs étaient extrêmement dubitatifs au moment de l’arrivée de Gustavo Poyet.
  • En six mois, l’Uruguayen a convaincu tout le monde grâce à ses résultats mais aussi son style à part.
  • Il pourrait bientôt recevoir une proposition de prolongation de contrat.

C’était le 20 janvier dernier dans les travées du stade de la Beaujoire. Ce soir-là, Stéphane Martin, le président des Girondins de Bordeaux, annonce la nomination de Gustavo Poyet à la tête du club quelques minutes après une victoire capitale face à Nantes. « Quoi ? Qui ça ? Répète ? », certains en tombent de leur siège. Oui, oui, c’est bien l’ancien milieu de terrain de Chelsea qui sera le successeur de Jocelyn Gourvennec.

« J’étais plus que sceptique. Son parcours d’entraîneur ne plaidait pas trop pour lui surtout compte tenu de la situation dans laquelle était plongé le club ». Thibaud, supporter bordelais, résume parfaitement le sentiment général à l’époque. Il faut dire que l’Uruguayen vient alors d’enchaîner quatre clubs différents en quatre ans. Certains sont dubitatifs.

Poyet dénote au Haillan

Cinq mois plus tard, Gustavo Poyet semble avoir (en partie) convaincu les observateurs grâce à ses résultats sportifs (une qualification en Ligue Europa) mais aussi son style, très différent de ces prédécesseurs. Pour Alou Diarra, l’ancien milieu de terrain des Girondins, « ça ronronnait depuis trop longtemps au club et il a apporté sa grinta, sa détermination, sa rigueur et son esprit de compétiteur. Il a remobilisé tout le monde en très peu de temps. Chapeau ! » L’Uruguayen au sang chaud bouscule en effet les codes au Haillan. Le contexte bordelais, très peu pour lui.

S’il n’a rien révolutionné sur le plan technique et tactique, il a su redonner un « esprit d’équipe à court terme », explique Aymeric, un autre supporter. « Il a trouvé les mots pour permettre à son équipe d’avoir ce déclic au niveau mental. C’est très important », ajoute Alou Diarra. Tout ça sans forcément toujours taper du poing sur la table ou sur ses joueurs. Des joueurs qui savent à quoi s’attendre avec Gustavo Poyet. Et ça leur plaît plutôt bien.

Une prolongation dans les cartons ?

Ses dirigeants, « satisfaits du coach », restent encore un peu sur la défensive. Même si l’Uruguayen ne se monte pas pour l’instant d’une exigence folle sur le mercato et n’en rajoute pas sur le flou qui entoure l’avenir du club, ils se méfient de ses sorties médiatiques. Franc du collier, Gustavo Poyet peut vite balancer une petite bombe sans s’en rendre compte.

D’ailleurs pour Thibaut, c’est l’un des axes de progression pour l’entraîneur de Bordeaux :

« J’attends de voir ce que ça va donner sur une saison. Il doit progresser dans sa communication que j’ai jugée parfois trop brouillonne ou à contresens. Je reste encore sur ma faim concernant sa capacité à gérer un groupe. »

L'entraîneur Gustavo Poyet et le président des Girondins, Stéphane Martin
L'entraîneur Gustavo Poyet et le président des Girondins, Stéphane Martin - JEAN-CHRISTOPHE VERHAEGEN / AFP

Ses dirigeants pourraient en tout cas bientôt lui offrir une prolongation de contrat après ces premiers mois réussis. Gustavo Poyet est pour l’instant lié aux Girondins de Bordeaux jusqu’en juin 2019. La prudence reste de mise pour Aymeric :

« Je ne vais pas m’enflammer. Sa carrière de coach avant Bordeaux incite à rester mesuré. J’espère juste que ça va durer contrairement à tous ceux qui sont passés récemment avant lui. »

>> A lire aussi : Girondins de Bordeaux: En tribune, c'est encore loin d'être les vacances pour les Ultramarines

>> A lire aussi : Metz-Bordeaux: Qui l’eût cru? Les Girondins arrachent la Ligue Europa après une folle remontée

>> A lire aussi : Metz-Bordeaux: Finir 6e de la Ligue 1 et européen, un cadeau empoisonné pour les Girondins?