Les Herbiers-PSG: «Se faire traiter de ploucs par des bobos branchés…», un sénateur allume Télérama

FOOTBALL Le ton moqueur de la présentation des Herbiers n'a pas plus à tout le monde...

A.L.G.

— 

Les supporters des Herbiers à la Beaujoire.
Les supporters des Herbiers à la Beaujoire. — LOIC VENANCE / AFP

Ils devaient penser que leur petite présentation de la finale de la Coupe de France entre Les Herbiers et le PSG passerait inaperçue, c’est raté. Avant le match historique pour les amateurs du club vendéen des Herbiers face au Paris Saint-Germain, le magazine Télérama avait écrit quelques lignes dans ses colonnes pour annoncer cette rencontre au Stade de France.

Sauf que les mots choisis avaient des relents de moqueries un peu gratos… Voyez plutôt : « Pauvres Vendéens… Prendre une fessée monumentale devant la France entière, faire un long voyage dans un vieux bus des années 1970 sans climatisation où ça sent le jambon-beurre, et devoir poser une RTT le lendemain pour s’en remettre… Une raclée et des vacances forcées, ça fait beaucoup. »

La caricature ne passe pas

Il faut avouer que cette description est à l’opposé total du rêve qu’ont vécu les joueurs des Herbiers à l’occasion de la finale de la Coupe de France (perdue seulement 2-0 face au PSG, rappelons-le). Le ton utilisé n’a pas franchement plu aux lecteurs, qui n’ont pas hésité à mettre un taquet à Télérama sur les réseaux sociaux.

Tout comme le président du groupe Les Républicains au Sénat, Bruno Retailleau, originaire de Vendée.

« C’est typique de cet état d’esprit méprisant qui coupe la France en deux. Pour certains, il y aurait d’un côté les ploucs de province qui ne comprennent rien et les élites parisiennes qui savent tout, lance le sénateur. Ce serait donc soit les paillettes, soit les mogettes ? Est-ce que Télérama se rend compte à quel point il est ridicule ? (…) Pour paraphraser Courteline, se faire traiter de ploucs par des bobos branchés est une volupté de fin gourmet ; mesdames et messieurs les parisiens, les Vendéens vous saluent bien ! »