OL-Angers: «On n’a encore joué qu’une mi-temps sur deux»... Les Lyonnais à nouveau punis à domicile

FOOTBALL Habitués à galérer contre des blocs défensifs bas, les Lyonnais ont concédé deux nouveaux points précieux dans la course à la deuxième place, ce dimanche contre Angers (1-1)...

Jérémy Laugier

— 

Titularisé pour la première fois de sa carrière en Ligue 1, Myziane Maolida n'a pas su se montrer convaincant à la pointe de l'attaque.
Titularisé pour la première fois de sa carrière en Ligue 1, Myziane Maolida n'a pas su se montrer convaincant à la pointe de l'attaque. — Laurent Cipriani/AP/SIPA
  • L'OL n'a pas su profiter ce dimanche du nul concédé la veille par l'AS Monaco à Montpellier (0-0).
  • Amorphes et menés (0-1) en première mi-temps, les partenaires de Nabil Fekir n'ont pas su inverser totalement la tendance après le repos (1-1).

L’OL a manqué ce dimanche une occasion en or de s’affirmer comme seul dauphin du PSG. Longtemps menés par un SCO d’Angers très cohérent, les Lyonnais sont passés complètement au travers de leur première période et n’ont pu obtenir qu’un nul (1-1). Entre le manque d’imagination offensive et la fébrilité de leur axe défensif Marcelo-Morel, mis à mal par le seul Karl Toko Ekambi, buteur sur penalty (0-1, 14e), les joueurs de Bruno Genesio semblaient amorphes.

Ce qu’appuie le paradoxe statistique, avec 67 % de possession mais seulement cinq tirs tentés (sans danger), contre sept pour le SCO. Habitué cette saison aux moments d’absence mais aussi aux coups d’éclat, l’OL a montré un autre visage après la pause. Muselé jusque-là par l’étonnant marquage individuel strict de Baptiste Santamaria, Nabil Fekir est sorti de sa boîte en étant au départ et à la conclusion d’un superbe mouvement pour égaliser (1-1, 47e).

>> A lire aussi : Ligue 1: Lyon laisse filer deux points (1-1)... OL-Angers à revivre

« On a peut-être pris cette équipe à la légère »

« On savait à quel scénario s’attendre mais malheureusement, on a eu du mal à emballer le match et à mettre du rythme face à une équipe venue avec une belle organisation défensive, regrette Bruno Genesio. C’est une opportunité de ratée mais pas un coup d’arrêt. » Un discours proche de deux autres résultats négatifs concédés au Parc OL face à de solides blocs bas, contre Montpellier (0-0) et Lille (1-2) en novembre. « On n’a encore joué qu’une mi-temps sur deux et il faut rectifier le tir très rapidement, tance Anthony Lopes. D’autant qu’on a à chaque fois été mis en danger par leurs contre-attaques. »

>> A lire aussi : OL: Les Lyonnais vont-ils toujours être en galère face aux défenses regroupées?

Malgré de belles opportunités, dont une tête de Memphis Depay repoussée sur sa ligne par Romain Thomas (70e) et une ultime parade de Ludovic Butelle devant Amine Gouiri (87e), les Lyonnais n’ont pas su forcer la victoire contre un relégable pour profiter du faux pas, la veille, de Monaco à Montpellier (0-0). « On a peut-être pris cette équipe à la légère », reconnaît le capitaine Nabil Fekir.