Lille-Lyon: «Avoir un nouvel entraîneur n’est pas un sujet pour l’instant», assure Gérard Lopez après le succès du LOSC contre l'OL

FOOTBALL Le président lillois s'est exprimé pour la première fois, ce mercredi, depuis la suspension de Marcelo Bielsa...

Propos recueillis par Jérémy Laugier

— 

Gérard Lopez, ici lors d'une conférence de presse en janvier 2017.
Gérard Lopez, ici lors d'une conférence de presse en janvier 2017. — FRANCOIS LO PRESTI / AFP
  • Après la victoire de son équipe à Lyon (1-2), Gérard Lopez s'est arrêté devant la presse ce mercredi. 
  • Le président du LOSC a livré sa première réaction publique à la suspension, sept jours plus tôt, de son entraîneur phare Marcelo Bielsa.

La soirée lyonnaise est allée de surprise en surprise dans le camp lillois. Après un inattendu succès (1-2) arraché ce mercredi contre un OL pourtant sur une sacrée dynamique, les Lillois ont vu leur président Gérard Lopez s’exprimer pour la première fois publiquement depuis la suspension de Marcelo Bielsa. En apparence détendu, celui-ci est revenu sur le contexte extrêmement particulier entourant en ce moment le club.

>> A lire aussi : Ligue 1: Fin de série inattendue pour l'OL, piégé par le LOSC

Comment avez-vous vécu cette victoire ?

Nous sommes contents. Nous avons fait une bonne première mi-temps et nous avons mérité d’être devant au score. Le but lyonnais était sur une passe… malencontreuse on va dire [l’arbitre Jérôme Miguelgorry a contré la relance d’Edgar Ié sur le coup]. On a revu en fin de rencontre le stress qu’on a parfois en début de match mais in fine, je pense qu’on a quand même mérité la victoire.

Ce succès synonyme de 18e place vous redonne-t-il un peu le sourire dans le contexte actuel ?

C’est clair que c’est une victoire qui fait du bien. Pour le reste, si je ne dis pas grand-chose, c’est que je trouve que ça se passe plutôt bien. On va travailler et c’est tout. On ne doit pas être à la place où on est actuellement, donc ça veut dire qu’il faut continuer à bosser comme ça. Aujourd’hui on a vu une équipe qui a joué en groupe, ce qui est déjà un beau changement par rapport au dernier match [une lourde défaite 3-0 à Montpellier]. On sait qu’on a le talent, on ne s’est jamais posé la question sur la qualité des joueurs.

On parlait d’un rendez-vous ce mercredi avec Marcelo Bielsa…

Non, il n’y a pas eu d’entretien parce qu’il n’a pas voulu venir. On accepte la règle du jeu de la LFP [une audition est prévue le 12 décembre à la Commission juridique de la LFP] et on continue de travailler sur le projet.

On vous imagine déçu de cet échec avec votre entraîneur…

Oui, ça n’a pas marché donc c’est forcément une déception.

Qu’en est-il des banques qui pourraient lâcher le LOSC ?

Ce sont des conneries. Le Crédit du Nord n’est pas notre banque mais celle liée à l’association du club. Il n’y a rien de vrai là-dedans.

>> A lire aussi : Ligue 1: Le Losc lâché par sa banque... mais ça ne concerne pas les pros

Êtes-vous en train de prendre la mesure de la difficulté à faire réussir un tel projet en Ligue 1 ?

C’est le foot, j’ai regardé des milliers de matchs dans ma vie et je sais très bien comment ça se passe. Vous pensez un truc et il se passe autre chose. C’est vrai pour le LOSC comme pour d’autres équipes. On a des objectifs et à moyen et long terme, ils resteront les mêmes.

Comment imaginez-vous la succession de Marcelo Bielsa ?

Avoir un nouvel entraîneur n’est pas un sujet pour l’instant car il [Marcelo Bielsa] est suspendu pour le moment. On a des gens [João Sacramento et Fernando Da Cruz] qui ont pris la relève pendant une période et on verra ce qu’il se passe après cette période-là.

>> A lire aussi : VIDEO. Ligue 1: Pourquoi le Losc a viré Bielsa

Quelle part a dans votre esprit le staff lillois dans cette belle victoire ?

Une part importante car on sait qu’on a des problèmes de nerfs dans nos entames de matchs. Le staff a beaucoup travaillé là-dessus et sur la cohésion du groupe. Aujourd’hui, si on a bien vu quelque chose, c’est un groupe cohérent et qui a joué ensemble.