Ligue 1: Fin de série inattendue pour l'OL, piégé par le LOSC

FOOTBALL Les Lyonnais ont subi un surprenant coup d’arrêt ce mercredi face à Lille (1-2)...

Jérémy Laugier

— 

Pris en tenaille dans la défense lilloise, Nabil Fekir a illustré le jour sans de l'OL ce mercredi.
Pris en tenaille dans la défense lilloise, Nabil Fekir a illustré le jour sans de l'OL ce mercredi. — Philippe DESMAZES / AFP
  • L'attaque de l'OL a été nettement moins flamboyante qu'à Nice trois jours plus tôt (0-5).
  • Piégés ce mercredi comme la saison passée à domicile par le LOSC (1-2), les Lyonnais sont désormais devancés par Marseille à la deuxième place de la Ligue 1.

Deux mois après sa seule défaite de la saison contre le PSG (0-2), l’OL a remis ça, ce mercredi, (1-2) contre un LOSC pourtant en perdition en L1. A l’image de leurs 6 tirs cadrés sur 23, les hommes de Bruno Genesio ont vraiment vécu un jour sans.

>> A lire aussi : Ligue 1: Lyon et Monaco craquent... C'est Marseille qui fait la grosse affaire...Revivez le multiplex de la 15e journée

Un OL sans inspiration. Comme dix jours plus tôt contre Montpellier (0-0), les Lyonnais ont montré qu’ils étaient décidément plus à l’aise pour pratiquer le contre que pour faire le jeu face à un bloc solide. Sans le moindre rythme en première mi-temps, l’attaque de l’OL était à des années-lumière de celle flamboyante lors des trois 5-0 de rang infligés en Ligue 1 à l’extérieur.

Même l’impeccable Nabil Fekir était en dedans mercredi. Si bien qu’à la pause, cet OL quasi inoffensif avait marqué sur son seul tir cadré, une tête en haute altitude de Mariano Diaz (1-1, 36e) grâce à une relance d’Edgar Ié contrée par… l’arbitre du match Jérôme Miguelgorry et un centre de Tanguy Ndombele.

Ce LOSC bouge encore. Dans le flou total en coulisses comme sur le terrain, les Lillois avaient le profil de la proie idéale après leurs deux dernières claques subies à Amiens et à Montpellier (3-0). Mais le 5-3-2 préparé pour l’occasion n’était pas tant destiné à bétonner que ça. Cohérents dans leur pressing et leurs contre-attaques très rapides, les partenaires d’Ibrahim Amadou ont joué un drôle de tour aux Lyonnais.

D’un crochet sur Mouctar Diakhaby enchaîné d’une frappe enroulée du gauche, Thiago Mendes a mis fin de belle manière à la série de 672 minutes d’invincibilité d’Anthony Lopes (0-1, 22e). Le coup de tête gagnant du remuant Ezequiel Ponce sur un centre de Kévin Malcuit (1-2, 41e) était le symbole de cette meilleure prestation du LOSC à l’extérieur, où il ne l’avait jusque-là emporté qu’à Metz (0-3) le 5 novembre.

Fin de match maudite pour l’OL. L’élan lyonnais s’est donc stoppé au moment où on s’y attendait le moins. Dépassé par Marseille après cette contre-performance, l’OL a autant payé son attentisme défensif que son manque d’efficacité en deuxième période.

Car les occasions en or se sont enchaînées, entre un duel gâché par Memphis Depay (54e), un penalty manqué de Nabil Fekir (56e), une invraisemblable double occasion de Nabil Fekir et Mariano Diaz (84e), puis une énième tentative de Nabil Fekir repoussée par Mike Maignan sur sa transversale (87e).