Suède-France: «Toivonen avait demandé au psy de parler à ses chaussures», les Suédois euphoriques

FOOTBALL Le sélectionneur suédois a commenté de manière très originale l'improbable but de la victoire inscrit par son attaquant...

Nicolas Camus

— 

Ola Toivonen a inscrit un but du milieu de terrain suite à une mauvaise relance de Lloris, lors de Suède-France (2-1), le 9 juin 2017 à Solna.
Ola Toivonen a inscrit un but du milieu de terrain suite à une mauvaise relance de Lloris, lors de Suède-France (2-1), le 9 juin 2017 à Solna. — Jonathan NACKSTRAND / AFP

De notre envoyé spécial à Solna, 

Accrochez-vous, l’explication du fol épilogue de ce Suède-France (2-1) va vous surprendre. Tout à sa joie d’avoir renversé les Bleus et remporté ce match si important en vue de la qualification au Mondial 2018, le sélectionneur suédois Janne Andersson s’est laissé aller à quelques confidences plutôt originales en conférence de presse à propos du héros du soir, Ola Toivonen.

>> A lire aussi: Hugo Lloris coule les Bleus, le suspense est relancé pour la qualification au Mondial

«C'est le bon joueur qui a récupéré le ballon et marqué. Plus tôt dans la semaine il avait demandé au psychologue de parler avec ses chaussures, parce qu'elles ne marchaient pas très bien. Il a parlé avec ses chaussures et cela a fonctionné. Ce but est une sensation incroyable pour moi. Du banc, quand j'ai vu le ballon partir, j'ai senti qu'il allait au fond. Ce but change le résultat. Il est aussi incroyable qu'inattendu».

Voilà, on vous avait prévenu. Hormis le fait d’avoir peut-être éveillé des vocations - ça ne vous dit pas, vous, de devenir psy pour chaussures? - Andersson a également tenu à rendre hommage à ses joueurs. Menés au score, privés de ballon en seconde période, les Suédois ont livré une grande bataille pour finalement gagner ce match.

«C'est assez agréable de voir que maintenant, les joueurs arrivent à jouer tous ensemble. Je ne fais rien pour qu'ils se dépassent, ils le font eux-mêmes. Ils adhèrent à une méthode de travail, apprécie-t-il. C'est le résultat du collectif. Parfois, les joueurs qui ne jouent pas forcément énormément sont en forme physiquement, et ont envie de montrer qu'ils savent bien jouer.»

Difficile de ne pas voir l’allusion aux deux buteurs du soir, Toivonen et Durmaz, qui ont en commun d’avoir traversé des hauts et surtout des bas toute la saison à Toulouse. Forcément, pour eux, la victoire a encore plus de saveur. « Je ne peux rien dire d'autre à part que c'était fantastique. Gagner ce genre de match avec l'équipe nationale, c'est toujours extraordinaire, raconte le second. Le public a poussé fort, et c'était facile de continuer à courir même après 80 minutes. On a continué à y croire, tous.»

Et ils ont été récompensés. Les voilà désormais premiers du groupe de qualification. Il reste quatre matchs, dont trois à l'extérieur (l'inverse des Bleus), mais les Suédois peuvent rêver à la Russie. Surtout si ce psychologue continue de faire des miracles.