PSG-Barça: Alors Unai Emery, on joue sa peau sur ce 8e de finale de Ligue des champions?

FOOTBALL Les Parisiens se frottent aux Catalans mardi en 8e de finale de la C1...

Au Parc des Princes, Romain Baheux
— 
Unai Emery lors de Dijon-PSG.
Unai Emery lors de Dijon-PSG. — CHRISTOPHE SAIDI/SIPA

On était là, à parler des forces du Barça, des entraînements de Javier Pastore et on repensait dans un coin de notre tête à nos vacances au ski quand on s’est souvenu d’un truc : le type en face de nous, Unai Emery, il ne jouerait pas son avenir professionnel au PSG sur ce huitième de Ligue des champions ? Ah ben vite, posons lui la question, rapidement relayée par un autre collègue, aussi soucieux que nous du potentiel pointage à Pole Emploi du technicien espagnol.

Réponse de l’intéressé : « Je veux grandir, le PSG veut grandir, mais c’est un processus. Demain (mardi), c’est une bonne difficulté à surmonter ensemble. Nous devons profiter de ce choc pour grandir. » Hum, on se doutait bien qu’Emery n’allait pas nous divulguer l’identité de l’assassin de JFK mais là, il s’en sort à bon compte quand même. Car on a de la mémoire - et un bon moteur de recherche - et on est allés fouiller dans les archives. Notamment lors de sa présentation officielle où Nasser Al-Khelaïfi avait lâché ça :

« Les supporters vont adorer notre nouvel entraîneur Unai Emery. Notre grand objectif est d’aller le plus loin en Ligue des champions, le style offensif de notre coach va vous plaire. »

Le même NAK qui début juin dans Le Parisien lâchait ceci au sujet de Blanc :

« Je le soutiens depuis trois ans. Maintenant, il faut penser à ce que nous ferons la saison prochaine pour construire un groupe plus fort au niveau européen. »

Si on note que le président parisien n’en a pas fait des tonnes pour mettre la pression à son coach avant le match, Unai Emery est quand même assez grand pour comprendre l’enjeu de la rencontre pour son avenir personnel, d’autant que Paris court derrière Monaco pour conserver son titre de champion de France.

Mais attention, n’allez pas lire ici que l’Espagnol sera forcément viré en cas d’élimination. La saison dernière, Doha n’avait pas apprécié l’élimination contre Manchester City surtout en raison du match retour complètement raté, marqué par le pari tactique foiré du 3-5-2, et conclu sans aucune véritable occasion parisienne.

« On doit être cohérent, on ne fera pas de changements drastiques pour le Barça, lâche l’entraîneur du PSG. Je sens le groupe motivé, on travaille pour tout donner sur les deux matchs. » Et lui offrir des perspectives d’avenir au PSG par la même occasion ?