PSG: «Mon agent a exagéré en disant que je pourrais quitter le club», s'exclame Verratti

FOOTBALL Le milieu de terrain italien est revenu ce lundi sur la dernière polémique le concernant...

J.L.

— 

Marco Verratti et le Marseillais Zambo Anguissa au Parc des Princes, le 23 octobre 2016.
Marco Verratti et le Marseillais Zambo Anguissa au Parc des Princes, le 23 octobre 2016. — MIGUEL MEDINA / AFP

C’est un texte très intéressant, à rebours de ce que les footballeurs peuvent dévoiler quelques minutes ou quelques heures après une rencontre. Dans la chronique régulière qu’il publie sur le site Goal.com, Marco Verratti a démenti les dernières déclarations de son agent, qui a confié qu’il pourrait s’en aller si les médias continuaient à le critiquer de la sorte.

« Je suis ici pour faire du bien au PSG »

« C’est allé un peu loin cette semaine et même mon agent a un peu exagéré en disant que je pourrais quitter le club, écrit l’Italien. Je ne suis pas ici pour convaincre les journalistes, je suis ici pour faire du bien au PSG. Je n’ai jamais eu de problème ici depuis cinq ans, donc ça me fait mal quand je commence à lire que je suis un garçon égoïste, que je suis vicieux, que je manque de respect aux gens. »

Il fait ici référence à sa sortie contre l’OM, lorsqu’il avait donné l’impression de défier Unai Emery par son attitude et par ses mots. « On a dit que je m’étais énervé avec le coach car je ne voulais pas sortir. Ce n’est pas vrai. Je me suis énervé car à chaque fois que je prends un coup, je dois sortir et c’est difficile à accepter. Avec le coach, on s’est vu le lendemain et on ne comprenait pas ce qu’il se passait. Quand je suis sorti, j’ai mis la main devant la bouche pour dire : "Coach, je pouvais continuer, je me sentais bien encore." Le coach me répond alors qu’il sentait que ça allait moins bien. Ensuite j’enlève ma main et je dis : "Il dit que je suis mal". Sur le coup, j’explique juste que ce n’est pas le cas, que je n’ai pas mal. En réalité, il avait raison. Parfois, même à l’entraînement, je ne dis pas que j’ai des douleurs pour pouvoir continuer à jouer. Parce que je veux jouer simplement. Rien de plus. »