Allemagne: De réfugié politique à buteur décisif en Bundesliga, la belle et folle histoire d'Ousman Manneh

FOOTBALL Ce jeune homme arrivé de Gambie il y a deux ans est en train de faire son trou en Bundesliga...

N.C. avec AFP

— 

Ousman Manneh, arrivé en tant que réfugié politique en Allemagne il y a deux ans, évolue aujourd'hui en Bundesliga avec le Werder Brême.
Ousman Manneh, arrivé en tant que réfugié politique en Allemagne il y a deux ans, évolue aujourd'hui en Bundesliga avec le Werder Brême. — Carmen Jaspersen / DPA / AFP

Le terme est galvaudé, mais dans son cas, tant pis. Ousman Manneh vit un joli conte de fées en Allemagne. Arrivé seul de Gambie à 17 ans en tant que réfugié politique, le jeune homme vient d'inscrire son premier but en Bundesliga, deux ans plus tard, avec le Werder Brême.

«C'est le plus grand moment de ma vie», a soufflé le jeune homme, les larmes aux yeux après son but contre Leverkusen qui a donné la victoire (2-1) à son équipe, dimanche. «J'ai toujours voulu être footballeur, c'est un rêve qui se réalise», dit-il. C'est difficile de décrire mes sentiments. J'étais déjà si fier d'être le premier Gambien à avoir joué quatre matchs de Bundesliga, et maintenant je suis fier d'être le premier à marquer un but».

L'histoire de ce jeune attaquant, qui semble désormais bien installé comme titulaire à la pointe de l'attaque du Werder, n'a pourtant pas débuté sous les meilleures auspices. Né en Gambie, il décide seul, à 17 ans, de quitter sa famille pour fuir le régime dictatorial de ce petit pays d'Afrique de l'Ouest, enclavé dans le Sénégal. Il atterrit en Allemagne, où il obtient le statut de réfugié. Logé dans un foyer de migrants, il commence à jouer pour le Blumenthaler SV, un club de 5e division de la banlieue de Brême.

Ousman Manneh, un athlète ma foi d'un fort beau gabarit.
Ousman Manneh, un athlète ma foi d'un fort beau gabarit. - Carmen Jaspersen/AP/SIPA

Très vite, ses qualités exceptionnelles attirent l'attention de clubs professionnels. Et c'est avec le Werder qu'il signe, en mars 2015, son tout premier contrat. Il vient d'avoir 18 ans. Il jouait depuis dans l'équipe des moins de 23 ans, lorsque le destin a frappé à la porte. Mi-septembre, l'entraîneur des professionnels, Viktor Skripnik, est limogé après un début de saison catastrophique. La direction du club le remplace par Alexandre Nouri, qui s'occupait jusque là des... moins de 23 ans.

Et Nouri, qui connaît parfaitement le potentiel de Manneh, l'invite tout simplement à passer avec lui dans le groupe pro. «La vie ne lui a jamais fait de cadeau», a commenté le coach samedi soir alors que Manneh, héros du jour, posait pour des selfies avec des supporters, «il a travaillé très dur ces dernières années et a progressé continuellement».

Une histoire «profondément touchante» qu'il ne souhaite pour l'instant pas raconter

Pourquoi, et comment a-t-il quitté son pays natal ? Pour l'instant, le jeune réfugié ne veut pas répondre à la question, et Nouri n'a pas l'intention de trahir sa confiance: «C'est une histoire profondément touchante», se contente de dire l'entraîneur.

Pour Manneh, Nouri est l'homme providentiel, confident et manager: «Je dois vraiment remercier coach Nouri pour avoir cru en moi et m'avoir donné ma chance au plus haut niveau, dit-il. Même après un match comme celui-là, mon coach va venir me trouver pour me dire que je ne dois pas être satisfait. Il m'encourage à continuer à travailler».

«Mon rêve maintenant, avoue Manneh, c'est de devenir un vrai buteur comme Robert Lewandowski ou Pierre-Emerick Aubameyang», respectivement avant-centres du Bayern Munich et du Borussia Dortmund. Pas impossible au vu de son talent, estiment ses coéquipiers: «Ousman est un garçon très travailleur et avide d'apprendre, dit de lui son complice dans l'attaque du Werder Zlatko Junusovic. Il est terre-à-terre et positif, toujours de bonne humeur.»