Accrochage Tolisso-Jourdren: «C’était lunaire cette intrusion», raconte Greg Paisley, l'auteur de l'interview

FOOTBALL L'ancien footballeur n'a pas vu arriver le gardien montpelliérain pendant qu'il parlait avec le capitaine lyonnais et a été très surpris...

Propos recueillis par Nicolas Camus

— 

Geoffrey Jourdren et Corentin Tolisso se sont accrochés à la mi-temps de Montpellier-Lyon, le 21 septembre 2016.
Geoffrey Jourdren et Corentin Tolisso se sont accrochés à la mi-temps de Montpellier-Lyon, le 21 septembre 2016. — Montage photos SIPA

« C’est la première fois que ça m’arrive ! ». Grégory Paisley, consultant pour beIN Sports depuis trois saisons, se souviendra de ce Montpellier-Lyon du 21 septembre 2016. Alors qu’il était en train d’interviewer Corentin Tolisso à la mi-temps, il a vu débouler à l’improviste Geoffrey Jourdren, en colère contre son adversaire, coupable selon lui d’en avoir rajouté des caisses pour faire exclure le jeune Poaty. L’ancien joueur du PSG, Rennes ou Guingamp était au milieu du ring, il raconte ce moment qui tourne en boucle sur Internet depuis mercredi soir.

Bon, qu’est-ce qu'il s’est passé alors pendant cette interview ?

Je fais l’interview de Tolisso tranquille, et en fait je ne vois pas Jourdren arriver. J’ai été surpris, comme tout le monde. Au départ, je me dis que je vais attendre que Tolisso finisse et ensuite voir avec Jourdren, mais il le coupe direct alors je stoppe l’interview. C’était lunaire cette intrusion. Pour être franc, au début, j’ai envie de rigoler parce qu’il n’y a que Jourdren pour faire un truc pareil. On le connaît le loustic. Mais après je vois que ça monte et je décide de baisser le micro pour couper court à tout ça.

C’est votre expérience d’ancien footballeur qui parle à ce moment-là, vous vous dites que ça peut dégénérer ?

Oui, c’est possible. Je l’ai fait inconsciemment en fait. Je sais que ça peut vite partir, et je n’ai pas envie d’alimenter la polémique. S’il y a des noms d’oiseaux qui sortent, ça peut être dangereux pour les deux joueurs. Les images parlent d’elles-mêmes de toute façon.

>> A lire aussi: La punchline de la soirée est pour Laurent Nicollin, qui fracasse Tolisso

Vous en avez rediscuté avec eux ensuite ?

Oui, j’ai recroisé Tolisso et on en a rigolé. Mais après on est vite passé à autre chose. Pour Jourdren, c’est difficile. Ce qu’il a fait, c’est vraiment du Geoffrey dans le texte. On ne peut pas lui en vouloir, parce que cette action [l’expulsion de Poaty] est litigieuse, mais il ne sait pas s’y prendre. Au lieu d’attendre qu’on ait fini, il débarque comme ça à la fraîche alors que je suis en train de bosser. C’est dommage, parce qu’il avait sûrement des arguments pour relater ses états d’âme. D’ailleurs, pour moi, il n’y avait pas carton rouge.

Ça restera un de vos bons souvenirs de consultant ?

Ouais, franchement ça met un peu de piment dans une soirée. Entre ça et tous les buts qu’on a vu [1-5 score final], c’était un bon moment. On n’en passe pas toujours des comme ça !