Euro 2016: Après les incidents à Marseille, «pas de constat d'échec» selon le patron de la lutte anti-hooligan

FOOTBALL Samedi à Marseille, de violents incidents ont eu lieu avant la rencontre de l'Euro 2016 opposant la Russie à l'Angleterre...

A.M. avec AFP
— 
Un homme arrêté par la police en marge des incidents entre Russes et Anglais à Marseille, le 11 juin 2016.
Un homme arrêté par la police en marge des incidents entre Russes et Anglais à Marseille, le 11 juin 2016. — LEON NEAL / AFP

C'est une déclaration qui peut paraître un peu en décalage avec les images des violences entre supporters russes et anglais survenues à Marseille samedi. Selon Antoine Boutonnet, le commissaire chargé de la lutte contre les hooligans en France, «il n'y a pas de constat d'échec». Le chef de la Division nationale de lutte contre le hooliganisme (DNLH) a évoqué «un problème de suralcoolisation qui entraîne in fine un phénomène de violences». Le commissaire Boutonnet a également cité un «mouvement important de 300 Russes venus vers les supporters anglais» débouchant sur une «rixe».

«Phénomènes de violences initiés par des mouvements de foule»

«Il n'y a pas de constat d'échec dans la mesure où l'intervention rapide et efficace des forces de l'ordre a permis de circonscrire les incidents dans le temps et dans l'espace, a-t-il précisé. On a eu affaire à des phénomènes de violences initiés par des mouvements de foule d'une population extrêmement dense au niveau du Vieux-Port avec suralcoolisation de cette population». «Ces incidents dans le cadre d'une compétition internationale montrent la nécessité d'une mesure uniforme sur l'ensemble des pays concernés, d'autant que le prochain Euro se déroulera dans (13) différents pays», a-t-il poursuivi.

Trente-et-une personnes ont été blessées et prises en charge dans des hôpitaux samedi à Marseille après ces violences entre supporters du match Angleterre-Russie, dont un Anglais qui se trouvait entre la vie et la mort, selon la préfecture de région. A la fin de la rencontre, des supporters russes ont également tenté de s'en prendre aux Anglais au stade vélodrome, mais la situation a été vite maîtrisée.